• Alimentation : Le végétarisme

     

     

    La cuisine végétarienne ne figure plus au rang des nourritures de second choix et n'est plus associée au concept de  "riz complet - lentilles" qu'on lui attribuait autrefois.

    Nos habitudes alimentaires ont tellement évolué qu'en fait, nombreux sont ceux qui ne mangent pratiquement pas de viande sans se considérer pour autant comme de stricts végétariens, ni adhérer à une quelconque philosophie, ni encore obéir à des raisons de santé ou d'économie.

    L'engouement actuel pour la gastronomie, la découverte constante de multiples plats exotiques et la diversité croissante des légumes, des céréales, des fruits et des légumes secs s'allient pour faire de la cuisine végétarienne une activité aussi passionnante que créative qui développe le sens de ce qui est bon.

     

    Voici quelques principes importants à ne pas oublier :

    vegetarien1.jpg

     

    • Il est parfaitement possible, et très facile, de vivre sainement en ne consommant que des produits végétariens. 

    La clé réside dans la variété de l'alimentation : en mangeant autant d'aliments différents que possible, on assimile toutes les substances nutritives nécessaires à son organisme.

     

    • Il est erroné de vouloir "remplacer" les substances nutritives fournies par la viande, le poisson ou la volaille.

    Un minimum de notions, de bon sens et d'enthousiasme envers de nouveaux aliments, ainsi que la volonté d'accroître son répertoire culinaire et d'inclure des plats végétariens venus des 4 coins du monde, est + important que toutes les connaissances scientifiques sur la nutrition.

     

    • En incorporant des céréales, des légumes secs et frais, des fruits et, pour les non-végétaliens, des oeufs et des produits laitiers dans son alimentation, on ne peut pas se tromper.

     

     

     

     

  • Environnement : Douche / Bain

     

    Une douche gaspille moins d'eau qu'un bain : Faux !

    douche.jpgUn bain de 150 litres ou 10 à 15 minutes sous la douche, c'est pareil.  Seule une douche rapide fait la différence. 

    Idem pour la vaisselle : Si vous la faites à la main dans l'évier à robinet ouvert, préférez la machine, qui consommera moins de 20 litres (17 pour les + sobres ) et pas + d'énergie pour la chauffer que le chauffe-eau.

     

     

     

     

  • Cuisine : Cuisiner sainement

    Voici quelques conseils pour cuisiner sainement :

    sain.jpg1/ Utilisez des huiles et des graisses de bonne qualité.  Autrement dit, des huiles et des graisses d'origine végétale.  Elles contiennent peu d'acides gras saturés, mais bcp d'acides gras insaturés. 

    2/ Comptez le nombre de convives.  Lors de la préparation du repas, n'utilisez pas plus de 1 cuiller de matières grasses par personne.

    3/ Evitez les "éponges à graisses", telles que les préparations panées ou frites.  Ces aliments absorbent une grande quantité de graisse lors de la cuisson.

    4/ Evitez les aliments ultra-riches en cholestérol, tels que le jaune d'oeuf, le foie, les ris de veau, les rognons, etc...

     

  • Alimentation : L'eau potable

    Nous perdons de grandes quantités d'eau sous l'effet de la transpiration.

    eau potable.jpgBoire beaucoup est encore + nécessaire pour certains malades (goutte, calcul rénal, etc...) qui doivent uriner beaucoup. Or, si on perd de l'eau par la transpiration et que l'on ne boit pas, l'organisme tend à retenir un maximum de liquides; l'urine est émise en - grande quantité, ce qui favorise la formation de petits amas solides.

    Chez les jeunes enfants, enfin, la perte d'eau par la transpiration entraîne rapidement une déshydratation car la surface de transpiration est + étendue par rapport à la quantité d'eau du corps. Il faut donc veiller à donner de l'eau en supplément aux jeunes enfants soumis à des températures excessives.

    Dans nos pays où les conditions d'hygiène sont la plupart du temps satisfaisantes, cela ne pose pas grand problème. Il n'en est pas toujours ainsi et , dans certaines régions, on est souvent confronté à des situations où l'hygiène publique n'est pas satisfaisante. L'eau risque alors d'être contaminée par des substances organiques, des microbes ou des virus.

    Plusieurs solutions sont possibles : le choix devra être effectué en fonction des possibilités locales :


    1/ On peut faire bouillir l'eau.

    2/ On peut désinfecter l'eau en y faisant dissoudre certaines substances contenant du chlore telle que chlorazol, chloramizol ou chloramine à raison de 150mgr pour 20 litres d'eau. Il faut, dans ce cas attendre 30 à 45 minutes avant de consommer l'eau.
    Cette opération donne souvent un mauvais goût à l'eau, ce qui entraîne la méfiance.
    Ces produits ne sont pourtant pas dangereux à doses adéquates.

    3/ Si on prévoit une étape dans une région douteuse sur le plan de l'hygiène, on peut se munir de provisions d'eau dans des bouteilles hermétiquement fermées.
    On peut enfin consommer de l'eau commerciale en bouteille, ce qui n'offre pas non plus toujours une garantie absolue.

    4/ Enfin, on peut utiliser des filtres spéciaux, dits "bactériologiques", qui suppriment tout risque de contamination par les microbes mais constituent une solution très coûteuse.

     

     

  • Santé : De mauvaises habitudes

     

    Les drogues les + couramment consommées ne sont pas les substances illégales, mais des produits dont la consommation est autorisée, comme l'alcool, le tabac et la caféine.  Leur abus entraîne des problèmes d'ordre physique, psychologique, social ou financier.

     

    mauvaises habitudes.jpgPrendre des tranquillisants pendant + de 2 semaines peut aussi créer une dépendance.

    Des habitudes qui coûtent cher : Les fumeurs ont du mal à s'arrêter même s'ils savent que le tabac accroît les risques de maladies diverses.

  • Wallonie : Soiron

     

    Soiron, un des + beaux villages de Wallonie

    Refuge verdoyant de bosquets, vergers et herbages, au creux d'une vallée arrosée par l'eau claire du Bola, Soiron (Pépinster), étymologiquement, terre de sorbiers, est discret.

    soiron.jpg

    Soiron faisait partie du ban de Herve, rattaché au duché de Limbourg.  Grâce au travail de la laine et à l'industrie du fer, il connut un développement économique important aux 17ème et 18ème siècles, comme en témoignent les splendides maisons en brique et pierre calcaire ou en moellons de grès, groupées autour de l'église ou disposées de part et d'autre de la rue principale.

    Pas de noms de rues pour se guider, juste des lieux qui dévoilent, à travers ses jolies ruelles, un habitat de style renaissant mosan des 17ème et 18ème siècles. Imposantes ou + modestes, chaque maison possède sa propre particularité : baies à linteau chantourné à clé, fenêtres à meneaux, porte à imposte, portail cintré, seuils, chaînages d'angles, niche avec décor en coquille, petits perrons...

     

    A voir à Soiron :

    Le centre est dominé par l'imposante église Saint Roch, tout à fait démesurée pour l'endroit.

    La tour et le mur d'enceinte du cimetière.

    rue du Centre : au n° 48, une ferme seigneuriale qui a conservé ses 3 ailes disposées en U autour de la cour.

    Au n° 79, une ancienne brasserie banale.

    N° 90, l'ancien presbytère, en brique et pierre calcaire de 1765.

    Des croix, des potales, un ancien petit lavoir public,....

    Le très beau château de Soiron.

     

    www.soironvillage.be

     

  • Savoir vivre : Etre femme célibataire

     

    Si une femme célibataire invite des amis au restaurant, elle devra s'entendre auparavant avec le maître d'hôtel afin que l'addition lui soit présentée, soit avant, soit après le repas, mais jamais en présence de son ou de ses invités.

    celibataire.jpgSi elle est inconnue dans le restaurant où le repas a lieu, elle versera une somme provisionnelle forfaitaire, et réglera ensuite le supplément éventuel.  En revanche, si elle y est connue, les choses se simplifient et elle pourra régler l'addition + tard.

    Si elle invite chez elle, elle fera asseoir, à table, en face d'elle, un cousin, une amie, mais jamais un ami célibataire.

    Bien souvent, une femme célibataire est embarrassée pour remercier des invitations dont elle est l'objet.  Pourtant, il est facile d'offrir des fleurs ou des bonbons, des jouets, des livres, pour les enfants, ou un objet utile.

    Elle peut également rendre de menus services à une amie mariée, sortir ses enfants un mercredi, les emmener au cinéma ou garder son bébé un soir.

    Cependant, une femme célibataire ne doit jamais s'imposer à un ménage ami, mais faire preuve de la plus grande discrétion.  Une présence constante peut être mal interprétée.

    Beaucoup de femmes célibataires préfèrent être appelées "madame". C'est maintenant un droit reconnu.

     

  • Santé : Les intoxications

    Plus de 50% des intoxications chez les enfants proviennent des produits d'entretien, des aliments devenus toxiques et des médicaments.

    intoxication.jpg

    1/ Les produits d'entretien : eau de javel, essence, insecticides, détachants, etc....doivent être impérativement rangés hors de portée des enfants, même si les fabricants ont pensé à les munir d'une fermeture difficile à ouvrir pour leurs petites mains.

    2/ Les médicaments : Ne les laissez pas traîner; leur présentation, leurs couleurs attirent les enfants.  Rangez-les dans un placard inaccessible pour eux et si possible fermant à clé. 

    Si votre enfant est malade et qu'il doit prendre des médicaments, suivez bien les prescriptions du médecin, lisez attentivement les modes d'emploi; de trop fortes doses peuvent être dangereuses.  Ne leur donnez rien qui ne leur ait été prescrit.  Evitez les somnifères, même légers, qui prédisposent à la drogue.

    3/ Les plantes toxiques : Les bords des routes, les bois et les champs sont pleins de fleurs et de baies dont les couleurs, la jolie forme attirent les enfants.  Habituez-les à ne jamais les porter à la bouche, car certaines d'entre elles peuvent être toxiques.  La ciguë, par exemple, qui ressemble bcp au persil, est mortelle.

    Au jardin, les roses de Noël, la digitale, les graines de pois de senteur et bien d'autres sont toxiques.

    Parmi les plantes d'intérieur, le diffenbachia aux larges feuilles vert clair striées de blanc est très toxique.  Si, malgré vos recommandations, les enfants ont touché ces plantes, envoyez-les immédiatement se laver les mains.

    La rhubarbe; les côtes que l'on fait cuire doivent être bien dépouillées de leurs feuilles.  Si les côtes sont délicieuses, les feuilles, elles, sont toxiques.

     

     

  • Vie pratique : Les accidents de la route

    Beaucoup d'accidents de la route pourraient être évités, en prenant les précautions qui, dans chaque cas, s'imposent.

    route.jpgIl y a encore, partout, de nombreux accidents de la route, soit en traversant les rues, soit en tant que conducteur ou passager du véhicule.

    AVANT de partir en voyage : n'oubliez pas de faire faire une bonne révision de votre voiture.  Faites équilibrer la pression des pneus et vérifiez-en l'usure.

    N'emcombrez pas l'arrière, de bagages qui cachent la visibilité.

    Ayez toujours dans votre voiture une carte avec votre groupe sanguin et veillez que chacun de vos passagers ait la sienne.

    Pendant le voyage : Respectez l'obligation d'attacher la ceinture de sécurité et vérifiez que tous vos passagers en font autant.

    Les enfants doivent impérativement être assis à l'arrière. Vous pouvez faire équiper la banquette arrière de sièges spéciaux homologués pour les tout-petits.

    Si vous devez faire un long voyage : Attention à la fatigue, surtout sur les autoroutes, car mieux vaut arriver en retard que de provoquer un accident. Ne faites pas + de 300km d'une traite.  Arrêtez-vous sur les aires de repos et profitez-en pour vous restaurer. En effet, il est prouvé que manger au volant est dangereux.

    S'il pleut, ralentissez. Gardez vos distances par rapport aux autres voitures, il est + difficile de freiner si l'on roule vite.

    Dès que votre enfant est en âge de circuler seul, enseignez-lui comment il doit se comporter dans la rue. Il apprendra d'ailleurs, à l'école, le code de la route.

     

  • Beauté : Peau grasse

     

    A l'inverse de ce que l'on pourrait croire, il ne faut pas employer de lotions trop astringeantes qui irritent encore plus l'épiderme et favorisent les sécrétions sébacées.

    citron.pngL'eau de mer est d'habitude excellente pour les peaux grasses qu'elle assainit.

    Certains fruits et légumes ont de précieuses propriétés pour les peaux grasses : des rondelles de tomate fraîche lui rendront son équilibre ( on peut aussi utiliser la pulpe écrasée pour se faire des masques, ou se lotionner avec du jus frais).

    Le citron est connu pour ses vertus astringeantes.  Ne pas l'utiliser pur, car ce serait trop violent pour la peau.  Mélangez le jus d'un citron à un jaune d'oeuf battu et à une cuillère d'huile d'amandes douces ou d'olive.

    Essayez aussi les masques à l'argile ( à diluer dans de l'eau tiède en y ajoutant une càcafé d'essence de sauge )

     

     

     

  • Bruxelles : Les Bas-Fonds

     

    Un quartier disparu de Bruxelles : Les Bas-Fonds

     

    denrees.jpg

    Les habitants des Bas-Fonds étaient les Bas-Fondistes, par la suite ils ont été remplacés par les navetteurs qui venaient occupés la (très moche) Cité administrative. ( hélas!)

    Les Bas-Fonds ont disparu, comme d'ailleurs beaucoup d'autres vieux quartiers.  Le jour où le Roi a posé la première pierre de la Cité administrative de l'Etat, où travaillaient plusieurs milliers de fonctionnaires, a aussi été celui de la disparition définitive de ce vieux quartier.

    Ce quartier se trouvait donc au pied de la Colonne du Congrès, en contrebas de la rue Royale; il s'agissait d'un quartier excentrique, de Deufkes, qui était peuplé d'habitants indépendants, qui aimaient se faire appeler Bas-Fondistes plutôt que Bruxellois !

    La rue principale de ce petit sous-quartier était la rue des Cailles, en bruxellois, la Kwakkelstroet. Cette rue était connue comme mal famée, lieu de turpitudes et de débauche. A un tel point que le Conseil communal décida de changer le nom en rue des Denrées.  Peu à peu, cependant, la population de cette rue chaude s'assagit et fut occupée par des petites gens, rempailleurs de chaises, poêliers, chiffonniers et autres gagne-petit.

    A l'ouest, les Bas-Fonds étaient limités par le quartier Pachéco et vers le sud, par celui des rues des Sables, Saint-Laurent et autres, qui jouissaient d'une réputation semblable à celle de la rue des Cailles.

    Nombreux étaient les Bruxellois qui, la nuit tombée, quittaient la rue Royale et ses luxueuses boutiques abondamment éclairées pour descendre les larges escaliers derrière la Colonne du Congrès.  Là, il n'y avait plus que les réverbères, diffusant une triste lumière dans des rues désertes.  Des rues + étranges les unes que les autres qui s'enchevêtraient, comme la rue du Chemin-de-terre, la rue de Tilly ou la rue des Betteraves.

    Les Bas-Fondistes étaient en guerre permanente avec les Marolliens, leurs voisins.

    Source : Cercle d'Histoire de Bruxelles