Bruxelles : La kermesse de Bruxelles (2)

 

 

 

kermesse.jpg

 

 

4/ C'est en 1881 que triompha la Femme locomotive.  Elle était présentée dans une sorte de tonneau, habillée d'une défroque d'opéra-comique. 

Elle tendait aux chalands une baguette métallique.  Dès qu'un spectateur + hardi que les autres s'aventurait à la toucher, il en jaillissait une longue étincelle.  La Femme locomotive était tout simplement reliée à une bobine de Rumkorff !


5/ Mademoiselle Hélène domptait ses puces de main de maître.

Juste à côté de sa baraque, on trouvait l'Oasis sacrée, où  l'on représentait des scènes bibliques.  A la sortie, les clients de cette bizarre attraction se voyaient remettre des brochures de propagande religieuse par un clergyman + vrai que nature.

En 1887, le célèbre Musée Spitzner eut l'honneur de voir arriver le docteur De Paepe avec 40 de ses élèves, à qui il montra les richesses du cabinet.  Celles-ci comprenaient des peaux humaines tannées...

 

6/ Jusqu'à la fin du siècle dernier, la kermesse de Bruxelles avait son extension aux Marolles, dans la rue Haute.  Là, tous les amusements folkloriques et satiriques étaient permis.

On y voyait Lowie, roi des Marolles habiljé en Godefroid van Bouillion, perché sur un cheval de trait.

Le bon peuple s'esbaudissait devant un schèreschliep (rémouleur) qui aiguisait, suivant la coutume médiévale, la langue des meilleures lameire (commères) du quartier.

Et on huait 2 gendarmes à cheval qui traînaient un pauvre Marollien arrêté pour un délit mineur.

Pour permettre aux visiteurs de se remettre de leurs émotions, nombre de charrettes et de femmes-colporteuses proposaient des crevettes, des crabes, des mastelles, des chinese klûten (escargots).

La marchande d'oeufs durs avait son cri caractéristique : "Gooie vésche èt âre, beleefd er eemand !" (Ils sont bons et frais, croyez-le !).  En ce temps-là, les moules n'avaient pas encore fait leur apparition sur le champ de foire.

Oui, la kermesse de Bruxelles, ce fut tout cela et bien d'autres choses encore.  La Foire du Midi, c'est certain, perpétue aujourd'hui la tradition.  Mais elle n'est plus qu'un pâle reflet des kermesses d'antan...

 

Commentaires

  • Esbaudie, je suis, par ton érudition en "brusseleir" !

  • Elle doit être énorme cette ducasse..... Bonne journée. Bises

  • bonsoir Cassandre ... je dois te le dire .. j'adore tes articles sur la kermesse de Bruxelles et celui sur les Marolles, je l'ai copié car je pense retourner bientôt me perdre à plaisir dans les ruelles de Bruxelles ... j'adore Bruxelles où je vais régulièrement depuis plus de 25 ans .... je ne peux pas m'en empêcher ... hihihihihihi
    bisous et bonne soirée

  • bonsoir Cassandre

    ah comme c'est amusant à lire
    sûr que c'est plus pareil y a pas photo !
    ah on les a fréquentées les Marolles place du Jeu de balle tous les dimanches les puces :o)
    de bons souvenirs

    bisous Cassandre et Nounou
    oh oui on respire on respire

  • Bonjour Cassandre que c'est bien de se rapeller ce que c'était la kermesse à une certaine époque, ça a bien changer !
    Le ciel est de nouveau gris ce matin et ils ont encore annoncé des averses chez nous ! Mais ça ne m'ennuie pas au contraire, enfin on respire ! !
    Passe une très bonne journée,je t'envoie un gros soleil rempli d'amitié, bisous amicaux ma belle ♥

Les commentaires sont fermés.