• Beauté : Se mordiller la lèvre

     

     

     

    lèvres.jpg

     

     

    Pas élégante pour un sou, cette sale habitude abîme sérieusement les lèvres, provoque gerçures, crevasses et, dans les cas extrêmes, de petites cloques.

     

    Solution :

    On ne peut vraiment pas s'empêcher d'arracher ces petites peaux qui couvrent les lèvres ? 

    Alors les éliminer ! Les brosser doucement avec une brosse à dents, puis les hydrater soigneusement et utiliser un baume pour les lèvres plusieurs x par jour.

    Une habitude à prendre !





  • Beauté : Se ronger les ongles

     

     

    beauté,ronger,ongles

     

     

    Voilà une bien mauvaise habitude que l'on acquiert le + souvent dans l'enfance et que l'on garde parfois très longtemps. 

    Pourtant, on a beau soigner son look, si les ongles sont diminués de moitié, tous les efforts seront anéantis.

    Et si en +, on arrache les petites peaux qui les entourent, on risque des infections.

     

    Solution : Couper les ongles très courts...il y aura moins à ronger et la tentation sera - grande !

    Essayer aussi un de ces produits que l'on applique sur les ongles et qui ont un goût tellement infect qu'ils ôtent toute envie d'y porter le bout des dents.

    Encore un petit truc : tâcher de garder certains ongles intacts. Le résultat peut peut-être convaincre d'arrêter!

    Quant aux petites peaux qui les entourent, ce n'est pas pour rien qu'on les appelle des "envies".

    Pour les éliminer, masser le contour des ongles avec un peu de crème nourrissante.  Après qq jours, elles auront disparu et on n'aura plus envie de les arracher!




  • Beauté : L'oeil

     

     

     

    beauté,oeil,gestes,douceur,démaquillage

     

    Les gestes douceur :

     

    + les gestes sont doux sur le contour de l'oeil, mieux on lui préservera douceur et souplesse.

    Ne pas frotter ses yeux énergiquement qd on est fatiguée ou qd on se réveille, appliquer tous les produits de soin du bout des doigts (propres) en tapotant, et donc en évitant absolument de tirer sur la peau.

    Appliquer les produits du coin interne de l'oeil vers l'extérieur.

    Au soleil, prendre l'habitude de porter des lunettes anti UV (et non pas de simples lunettes noires qui ne filtrent rien, à vérifier! ) et penser à toujours protéger cette zone fragile avec un écran total.

     

    Un démaquillage spécifique :

    Il est indispensable d'utiliser un démaquillant spécial pour les yeux (et, en fonction des produits de maquillage, éventuellement spécial waterproof), ou en tout cas un démaquillant visage/yeux.

    A chacun à trouver la formule qui convient le mieux : gel, lotion ou lait en fonction de la quantité de maquillage à retirer et de la sensibilité des paupières.

    Considérer que le démaquillage est terminé qd il ne reste plus aucune trace de couleur ni sur les yeux, ni sur le coton.



  • Beauté : Le contour de l'oeil

     

     

     

    beauté,contour,oeil,rides,poches,cernes

     

    Le contour de l'oeil est fragile car son épiderme est d'une finesse extrème 0,5 millimètres. 

    Pauvre en fibres de soutien, la peau y est quasiment dépourvue de glandes sébacées et donc particulièrement sensible à toutes les formes d'agression, qu'il s'agisse des ultra-violets, de la pollution ou du tabac.

    Constamment sollicitée sans même que l'on s'en rende compte, la paupière cligne en moyenne 10 000 x par jour.

    Sans compter les réflexes de plissage face au soleil ou les mimiques personnelles, les tics de réflexion et les fréquents sourires.  Tout cela ajouté au métabolisme paresseux, typique de cette zone, donne comme résultat des ridules, des rides et/ou des poches et des cernes...


    1/ Les rides :

    Les 1ères marques de vieillissement sont les rides d'expression, communément appelées pattes d'oie. 

    Au début, elles ne sont visibles que lors de l'expression (sourire ou grimace ) qui les crée, + tard elles seront visibles même lorsque le visage est au repos. C'est le moment de traiter cette zone avec attention. Viennent ensuite tôt ou tard ( il n'y a pas d'âge ) les 1ères rides dues à la ....pesanteur !

    Entraînés par leur propre poids, les tissus appauvris en collagène et élastine s'affaissent.  Il vaut mieux continuer les différents traitements si on ne veut pas voir apparaître trop rapidement les rides dites de surcharge : le renouvellement cellulaire est ralenti, la micro-circulation devient paresseuse, les plis se multiplient, et les rides se creusent encore....

     

    2/ Les poches :

    Les causes de ce gonflement disgracieux sous les yeux peuvent être multiples : il peut s'agir d'une réaction allergique, mais + banalement aussi la conséquence d'un manque de sommeil, de pleurs, de frottements, ou une réaction à un produit cosmétique inadapté.

     

    3/ Les cernes :

    Qd la micro-circulation est - efficace, les vaisseaux se gonflent de sang, et la peau, très fine, laisse transparaître cette couleur foncée.

    D'origine génétique ou causée par le stress, la fatigue ou l'alcool, ils sont en général traités avec des produits de soin qui sont également anti-poches.

     

     

     

  • Enfants : Apprendre l'autonomie (2)

     

     

     

    enfants,autonomie,équipe,travail,signaux,motiver,positif

     

    L'autonomie, pas à pas :

     

    1/ Travailler en équipe :

    Qd il dit : "Je le fais tout seul", on craint toujours le résultat et ça finit en dispute. Stop. Répondre : "Et si on le faisait ensemble?" Former une équipe.

     

    2/ Etre attentif aus signaux :

    Observer les signaux donnés par l'enfant.  Lorsqu'il se sent  capable de faire qqchose, il le fait savoir.  Même s'il ne trouve pas les mots exacts, ses actes ne trompent pas.

     

    3/ Ne pas le presser :

    On se dit qu'il serait + rapide de ranger ses affaires à sa place ? Ce n'est vrai qu'à court terme.  Donner à l'enfant le temps d'apprendre de nouvelles choses.  On gagnera du temps par la suite.

     

    4/ Penser pas à pas :

    C'est pas à pas que l'enfant apprend à marcher.  Il en va de même pour tous ses apprentissages.  Complimenter l'enfant chaque fois qu'il fait un pas vers l'autonomie, aussi petit soit-il.

     

    5/ Le motiver :

    Un enfant n'a pas envie de ranger ses jouets ou d'enfiler son pyjama ? Le motiver par une chouette perspective. On lui racontera une histoire, il pourra rester qq minutes de +....Les tâches les + ennuyeuses deviennent ainsi attrayantes.

     

    6/ Etre positif :

    Mettre l'accent sur les succès de son enfant, feindre d'ignorer ses petits échecs.  Chaque nouveau succès l'encouragera à aller de l'avant.

     

    7/ Puis-je dire à mon enfant : "Non, tu ne peux pas faire ça"?

    Oui et non. Lui dire qu'il pourra le faire un jour ou l'autre, bientôt.  Mais ne pas le laisser faire seul ce qui, selon nous, n'est pas de son âge.

    Quoiqu'il en dise, un enfant attend de nous que nous lui indiquions des limites.

     

     

  • Enfants : Apprendre l'autonomie (1)

     

    enfants,autonomie,exigeant,sévère,affectueux,coach

     

     

     

     

    On en a assez de refaire sans cesse ses lacets ou de lui essuyer le nez alors qu'il refuse de le faire lui-même.  En même temps, on est prise de bouffées d'angoisse qd il décide de monter l'escalier tout seul ou qu'il revendique de couper sa tartine comme un grand.

    Où est le juste milieu? Qd l'aide devient-elle superflue? A partir de qd un petit bout peut-il se débrouiller sans nous? Et surtout comment lui apprendre à devenir un futur adulte bien dans sa peau?

     

    1/ Oser être exigeant :

    Nos mères avaient à la maison le manuel d'un bon pédagogue dont elles s'inspiraient pour apprendre l'ordre ou la propreté.  Mais les temps ont changé.  Aujourd'hui, on n'irait pas bien loin avec pareils conseils! Car la société s'est considérablement complexifiée au cours des dernières années.  C'est sans doute pour cela que l'on protège les petits dans le cocon de l'enfance.

    Ils devront cependant être prêts à affronter le monde un jour ou l'autre.  Laissons les enfants découvrir le monde peu à peu.  Poussons-les à le faire.  Il faut oser être exigeant pour ses enfants.

     

    2/ Sévère mais affectueux :

    De nombreux parents se sentent un peu mal à l'aise.  Peut-on exiger autant de ses enfants?  Bien sûr!  Il faut sans cesse mettre ses enfants au défi, attendre bcp d'eux, exiger s'il le faut.

    Pour grandir, l'enfant a à tout le moins besoin de structures déterminées et de règles claires.  Il doit savoir ce qu'on attend de lui.  Il a également besoin de notre respect, de notre considération à l'égard des choses qu'il réalise et des progrès qu'il accomplit.

    Ainsi fonctionnent les parents réellement proches de leur enfant.  Dans un savant mélange d'exigence et d'amour qui donne à l'enfant cet équilibre indispensable pour ensuite partir à la découverte du monde.

     

    3/ Un bon coach :

    Les enfants veulent être autonomes.  Pour les parents, tout l'art consiste à être de bons coaches.  càdire ? A soutenir l'enfant tant qu'il en a besoin, puis à le lâcher qd il est prêt à voler de ses propres ailes.

    Qd l'enfant est prêt, pas le parent....Subtile différence ! L'autonomie est un processus qui s'enclenche au moment même de la naissance.  Chaque jour qui passe, l'enfant apprend de nouvelles choses par lui-même.  Il peut et veut en faire un peu +.

    Respecter cette évolution naturelle des choses et lâcher du lest qd cela s'impose.

     

     

  • Cuisine : La marinade

     

     

     

     

    marinade.jpg

     

    Avec une marinade ( un mélange d'aromatisants ), on peut donner une saveur supplémentaire à la viande ou poisson au barbecue. 

    On peut, par exemple, laisser reposer le boeuf et l'agneau dans une marinade de vin rouge, ail, oignon, laurier, thym et poivre. 

    On assaisonne le porc dans une marinade de vin blanc, oignon, ail, gingembre et curry.

    On peut aussi faire mariner les légumes : essayer une marinade de basilic, sel marin, poivre, huile d'olive et vinaigre de vin blanc.

    En réalité, on peut choisir les ingrédients de sa marinade soi-même selon ses goûts.

     

    Pourquoi une marinade ?

    La marinade donne non seulement une saveur raffinée à la viande, mais elle l'attendrit également. 

    Attention : si on marine sa viande, elle ne pourra plus se conserver longtemps.  La viande marinée se cuit + rapidement que la viande non marinée.

     

    Comment faire ?

    Certaines marinades sont très liquides.  Dans ce cas, on peut simplement y laisser reposer sa viande un certain temps. 

    Frotter énergiquement la viande ( ou le poisson ) avec les marinades qui ressemblent davantage à une pâte.

    Dans tous les cas, bien sécher la viande marinée avant de la déposer sur le barbecue.

     

    Combien de temps ?

    La viande doit en général mariner 4 à 5 heures, mais on peut également la laisser mariner toute une nuit.  Avec de la viande très tendre, comme le bifteck, une marinade de 2 heures est suffisante

    Le poisson est bcp + tendre que la viande et acquiert les saveurs de la marinade + rapidement.  Le temps est donc + court : 1 à 2 heures

     

     

  • Bien - Etre : Se relaxer !

     

     

     

     

    bien-etre,relaxer

     

    Pour se relaxer au bureau, à la cantine ou à la maison, s'asseoir ou se coucher confortablement.

     

    Prendre conscience de sa respiration, l'inspiration et l'expiration, jusqu'à ce qu'elle devienne paisible.

    Décontracter les muscles de la mâchoire, des épaules, du dos, des genoux, prendre conscience des tensions et les relâcher.

    Imaginer qu'on est dans un endroit ensoleillé, sur une plage ou à la campagne.

    Ressentir, tranquillement, que la chaleur du soleil réchauffe en profondeur chaque cellule de son corps.

    Se laisser immerger dans cette détente, sentir qu'elle se propage doucement dans tout le corps

    Puis, à son rythme, revenir sur terre, reprendre conscience de sa respiration, bouger lentement le corps et ouvrir les yeux.

    Cette visualisation peut durer entre qq minutes et  1/4 heure.  Elle donne un sentiment puissant de relaxation et elle régénére les forces.

    Chaque jour, s'accorder qq minutes de méditation qui seront les + importantes de la journée.

    Le monde a survécu jusqu'ici et survivra encore qq instants sans nous.  Rien ne presse et on peut bien souffler.

    En passant ce moment dans le silence le + profond, peut-être pourra-t-on ressentir un peu de paix, qui pourra changer le mental, doucement, lentement.

    L'esprit + libre et le corps + détendu, on peut reprendre notre tâche quotidienne...




  • Bruxelles : La kermesse de Bruxelles (2)

     

     

     

    kermesse.jpg

     

     

    4/ C'est en 1881 que triompha la Femme locomotive.  Elle était présentée dans une sorte de tonneau, habillée d'une défroque d'opéra-comique. 

    Elle tendait aux chalands une baguette métallique.  Dès qu'un spectateur + hardi que les autres s'aventurait à la toucher, il en jaillissait une longue étincelle.  La Femme locomotive était tout simplement reliée à une bobine de Rumkorff !


    5/ Mademoiselle Hélène domptait ses puces de main de maître.

    Juste à côté de sa baraque, on trouvait l'Oasis sacrée, où  l'on représentait des scènes bibliques.  A la sortie, les clients de cette bizarre attraction se voyaient remettre des brochures de propagande religieuse par un clergyman + vrai que nature.

    En 1887, le célèbre Musée Spitzner eut l'honneur de voir arriver le docteur De Paepe avec 40 de ses élèves, à qui il montra les richesses du cabinet.  Celles-ci comprenaient des peaux humaines tannées...

     

    6/ Jusqu'à la fin du siècle dernier, la kermesse de Bruxelles avait son extension aux Marolles, dans la rue Haute.  Là, tous les amusements folkloriques et satiriques étaient permis.

    On y voyait Lowie, roi des Marolles habiljé en Godefroid van Bouillion, perché sur un cheval de trait.

    Le bon peuple s'esbaudissait devant un schèreschliep (rémouleur) qui aiguisait, suivant la coutume médiévale, la langue des meilleures lameire (commères) du quartier.

    Et on huait 2 gendarmes à cheval qui traînaient un pauvre Marollien arrêté pour un délit mineur.

    Pour permettre aux visiteurs de se remettre de leurs émotions, nombre de charrettes et de femmes-colporteuses proposaient des crevettes, des crabes, des mastelles, des chinese klûten (escargots).

    La marchande d'oeufs durs avait son cri caractéristique : "Gooie vésche èt âre, beleefd er eemand !" (Ils sont bons et frais, croyez-le !).  En ce temps-là, les moules n'avaient pas encore fait leur apparition sur le champ de foire.

    Oui, la kermesse de Bruxelles, ce fut tout cela et bien d'autres choses encore.  La Foire du Midi, c'est certain, perpétue aujourd'hui la tradition.  Mais elle n'est plus qu'un pâle reflet des kermesses d'antan...

     

  • Bruxelles : La kermesse de Bruxelles (1)

     

    La kermesse de Bruxelles d'antan, c'est notre actuelle Foire du Midi.  Son origine remonte haut, très haut dans le temps.

    Au XIVè siècle, affirment de sérieux historiens.  Elle s'ouvrait après la procession du saint sacrement du Miracle, instaurée après le sacrilège des hosties par les Juifs.

     

    kermesse1.jpg

     

    Que voyaient donc nos arrière-grands-pères "sur" la kermesse de Bruxelles ?

    Selon le regretté Louis Quiévreux, un des + grands spécialistes de la petite histoire de notre ville, voici ce qu'il a recueilli dans de vieilles collections de journaux..

    1/ "Après la guerre franco-prussienne de 1870, on remarquait, à la Foire, le Théâtre des Galériens. 

    De l'extérieur, on voyait des barreaux, des chaînes, éclairés lugubrement par des bougies. A l'intérieur étaient de sinistres cellules habitées par des marionnettes habillées en galériens. 

    Mises en mouvement par un système ingénieux, elles exécutaient des travaux de forçats.  Le clou était la "scène" du repentir jouée par 2 bagnards mourants et 2 Jésuites occupés à les convertir ! "

     

    2/ La chaudière du Diable :

    " L'enfer était très couru.  Qd la toile se levait, le spectateur se trouvait au séjour des maudits. 

    Un Pluton, en costume rouge et noir, armé d'une baguette magique, excitait des démons à torturer le boulanger qui nous a donné la colique, le marchand de grains qui a spéculé sur la faim des pauvres, l'avocat menteur, le boucher voleur, la cuisinière qui s'entend avec le boucher et le carabinier qui s'entend avec la cuisinière....

    En apothéose, le chef des démons demandait au public s'il avait, lui aussi, mérité la chaudière.  Le public, charmé d'avoir vu clouer les profiteurs au pilori, hurlait en choeur : Non, bon Diable, pas de chaudière pour nous ! Et le Diable recommençait à la séance suivante....

     

    3/ La galerie des Phénomènes :

    Rien de nouveau sous le soleil : les "phénomènes" connaissaient déjà un très vif succès.  Les badauds bruxellois, en 1875, pouvaient admirer, bouche bée, la Jolie mulâtresse ( une mule dont on avait consciencieusement tressé la queue ) et Mademoiselle Fathma, native de Blidah, âgée de 17 ans, ayant une barbe naissante.

    Quant à Mademoiselle Marie, la femme-tronc, si l'on en croit l'avis affiché à la porte de sa baraque, elle est parvenue, à force de travail, à exécuter, à l'aide de la bouche, ce qui se fait ordinairement avec les mains.  Ce qui amenait un sourire entendu sur le visage de certains petits pervers.