Anecdotes : Nicolas-Jean Rouppe, 1er bourgmestre de Bruxelles (1)

 

 

 

 

anecdotes,nicolas,jean,rouppe,premier,bourgmestre,bruxelles

 

 

Nicolas-Jean Rouppe, natif de Rotterdam, qui renonça à la prêtrise après avoir conquis haut-la-main le titre de bachelier en philosophie, fut le 1er bourgmestre de la cité qui devint la capitale de la Belgique indépendante.

Sa carrière connut des hauts et des bas, puisqu'il fut incarcéré dans les geôles françaises alors qu'il était nommé maire de Bruxelles. !

 

Biographie :

Il débuta sa carrière politique comme secrétaire de la nouvelle municipalité de Louvain et devint rapidement commissaire du directoire exécutif près l'administration centrale du département de la Dyle.

Il se distingua par la bonté et la justice qu'il mit dans l'application des lois révolutionnaires.  Son poste ayant été supprimé, on le retrouve parmi les membres du conseil de préfecture, où le gouvernement, semble-t-il, apprécia ses services à leur juste valeur : on le nomma maire de Bruxelles.

Là, il se distingua très vite en luttant contre les actes du + odieux despotisme dont la France abreuvait alors la Belgique.

 

Exemple :

Le sinistre Fouché, alors ministre de la Police générale, donna l'ordre au préfet de la Dyle de faire arrêter et emprisonner au château de Ham, 2 négociants de Bruxelles, sous la prévention d'introduction et d'exportation de marchandises prohibées.

L'un des 2 citoyens (le second n'ayant pu être appréhendé ) fut incarcéré et le préfet ordonna son transfert au château de Ham.

 

Rouppe intervint aussitôt avec vigueur.  Comme ni cet acte, ni l'ordre du ministre ne furent notifiés sur aucune loi, il n'hésita pas à ordonner la mise en liberté immédiate de l'intéressé.

Il justifia cet élargissement devant les tribuns dans un discours demeuré célèbre qui se terminait par ces mots : "Tribuns ! La méchanceté d'un vil dénonciateur ou l'erreur d'un ministre trompé pourront-elles de nouveau disposer arbitrairement de la liberté et des propriétés des citoyens ?  Le peuple français célébrera-t-il le 14 juillet pendant qu'on rétablit les bastilles au château de Ham?"

 

Rouppe paya très cher cette énergique réclamation. 

Il fut arrêté lui-même sans autre forme de procès et transféré à la prison du Temple, à Paris, sous la prévention de manoeuvres contre le gouvernement.

Tandis qu'il perdait sa place de maire qui fut conférée à M. de Mérode.

 

Commentaires

  • une vie bien mouvementée

  • Bonjour Cassandre

    très intéressant ton article, je connaissais bien sûr la Place Rouppe mais pas du tout son origine

    oui il paya cher d'après l'histoire que je lis j'ignorais tout ça

    bonne soirée Cassandre et bon WE
    bisous et a nanou ♥♥

Les commentaires sont fermés.