Psychologie

  • Psychologie : L'attitude des alpha-girls (2)

     

     

    girl.jpg

     

     

    Attitude des alpha....

     

    1/ Voir ses copines de fac ou d'enfance sans témoins.

     

    2/ Etre agacée qd ses enfants ont un bouton ou des habits pas assortis.

     

    3/ L'être encore + qd c'est leur père qui a un bouton.

     

    4/ Collectionner les magazines de déco et d'art de vivre.

     

    5/  Etre incapable de recevoir à la bonne franquette qq amis.

     

    6/ Déchirer toutes les mauvaises photos de soi.

     

    7/ Détester bosser avec des "nanas".

     

    8/ Adorer les potins très méchants.

     

    9/ Etre jalouse qd des copains dégotent un super appart.

     

    10/ Renâcler à filer ses bons plans fringues.

     

     

     

  • Psychologie : Les alpha-girls (1)

     

     

     

    psychologie, alpha,girls

     

     

     

    Dans le monde animal, l'alpha-girl c'est la femelle dominante. 

    La chef de meute, la + costaude, la + féconde.

    Les Américains se servent aussi de ce vocable pour désigner une espèce de femelles humaines en pleine expansion...

     

    La femelle alpha est une délicieuse créature très répandue dans le monde animal.

    C'est en général la chouchoute ou la complice du mâle dominant.

     

    Chez les loups, par exemple, c'est la seule à avoir le droit de procréer.

    Chez les chimpanzés ou les bonobos, outre qq privilèges (manger les meilleurs bambous, squatter les meilleurs endroits pour la sieste), elle peut pousser sa soif de pouvoir jusqu'à assassiner les petits des autres femelles.

     

    Chez la fourmi, l'alpha est aussi la seule à assurer la reproduction dans sa fourmilière (une x le mâle éliminé après usage bien sûr).

    Si une autre bestiole (dite bêta) s'avise de vouloir lui piquer son rôle, elle l'asperge de phéromones, une substance chimique répulsive paralysante qui pousse les autres fourmis  à la torturer.

    On n'en finirait pas de trouver ainsi des exemples de camaraderie féminine...

     

    Le mâle alpha animal a trouvé son équivalent dans le langage des psys pour qualifier les garçons qui n'ont de cesse  d'épater ( et de terroriser ) leurs congénères, en exhibant leur gros job, leurs gros biftons, leur grosse caisse, leur grosse bimbo.

     

    Ou, + classe, tous ces hommes de pouvoir, séducteurs, à forte aura charismatique et sexuelle, qui mènent à la baguette hommes, femmes et enfants.

     

    Et la femelle alpha ?

    A-t-elle une petite soeur bipêde ? On est tentées de protester vertueusement.

    Chez  les filles, dont il est quasi obligatoire aujourd'hui de vanter les"valeurs" de diplomatie, de conciliation, d'intuition, il y aurait des "monstresses" de cette espèce ?

     

     

    L'alpha- girl, la terreur du collège :

     

    L'expression est totalement homologuée aux Etats-Unis pour désigner ces furies de collège ou de lycée qui règnent sur une coterie de dauphines bluffées.

    Le petit groupe distribue ses faveurs ou exclut les infortunées du cercle magique.

    Il édicte les règles sociales et mondaines du lieu.

    Et s'autoproclame arbitre des élégances non sans dispenser bons et mauvais points à ses congénères.

     

    Qui est plouc, qui ne l'est pas ?  Le jean, sur ou dans les bottes ?

    A-t-on le droit de faire de la natation ?  Le prof de philo, naze ou génial ?

    Oukases,sarcasmes,rumeurs,trahisons, tout est bon pour asseoir leur suprématie et "sadiser" celles qui, pas trop bien dans leur peau à ce moment de l'adolescence, veulent bien se laisser faire.

     

    L'essence de leur pouvoir ?

    Un leadership (passager) dans des domaines qui comptent bcp à cet âge-là :

    la 1ère à avoir des seins, des cheveux, des fringues mode ; la 1ère à sortir avec un alpha-boy, à savoir danser, conduire...

    + une science innée des techniques les + pointues de manipulation et de propagande..

     

     

    Au top de l'élégance et de la réussite carnassière : Jackie O., l'icône alpha inégalée.

     

     

  • Psychologie : La psychothérapie

     

    Résultat de recherche d'images pour "psychothérapie"

     

     

    L'objectif d'une psychothérapie est d'améliorer son bien-être psychique en utilisant des méthodes psychologiques.

     

    1/ Fini d'être stigmatisé :

     

    La psychologie est probablement aussi ancienne que l'homme lui-même, même si le terme n'existe que depuis 4 siècles.

     

    Ces dernières décennies ont vu se développer de manière prolixe le champ de la psychothérapie.

    D'abord aux Etats-Unis où il est devenu commun d'avoir, outre sa baby-sitter, son psy attitré.

    Chez nous, on n'y touche qu'avec des pincettes.

     

    La croyance selon laquelle les psys, c'est pour les fous, est bien ancrée.

    Cependant, fort est de constater que les mentalités changent...

     

    Heureusement.  Fini d'être stigmatisé.

     

    De + en + nombreuses sont les personnes qui font appel à l'aide d'un thérapeute, les unes pour se débarrasser d'une phobie, les autres pour passer un cap difficile.

     

    2/ L'équilibre psychique :

     

    Loin des clichés ou situations burlesques présentés dans les films "Psy", " Un divan à New York" ou "Mafia Blues", que se cache-t-il derrière la psychothérapie ?

     

    La psychothérapie est une méthode de traitement des souffrances psychiques par des moyens essentiellement psychologiques.

    Selon la démarche utilisée, la psychothérapie cherche soit à faire disparaître une inhibition ou un symptôme gênant pour le patient, soit à remanier l'ensemble de son équilibre psychique.

    Les critères de guérison varient également selon le processus psychothérapique et la théorie qui le sous-tend :

    meilleure adaptation familiale et sociale, liberté intérieure et capacité d'être heureux + grandes, connaissance + fine de soi, de ses limites, de ses possibilités...

     

    En d'autres termes, l'objectif d'une psychothérapie est d'améliorer son bien-être psychique en utilisant des méthodes psychologiques comme la parole par exemple.

    Ces activités peuvent être complémentaires à d'autres interventions d'ordre médical ou éducatif.

     

     

    Toutes les psychothérapies reposent sur une relation de confiance entre le patient et le thérapeute

     

     

  • Psychologie : Les couleurs : orange, jaune, bleu et vert

     

     

     

    psychologie,couleurs,orange,jaune,vert,bleu

     

     

     

    Orange :

    Pour des joues vitaminées !

    C'est la couleur des épicuriens qui a le pouvoir d'éveiller le plaisir, les sensations, par son influence anti-fatigue.

     

    Jaune :

    Vive le jaune !

    Cette couleur attire le succès et le public pour ceux qui la portent.

    Egalement porte-bonheur le jour des fiançailles en gage d'un amour solide et durable.

     

    Bleu :

    Rien qu'avec une touche de bleu sur les ongles on n'imagine pas que cette couleur, 5 ème du Chakra, symbolise la communication, l'expression de soi, la créativité, et la tranquillité.

     

    Vert :

    Symbole de l'équilibre, du renouveau, de l'amour, de l'acceptation et de l'harmonie.

     

  • Psychologie : La joie

     

     

     

    psychologie,joie

     

     

    Les gens de bonne humeur donnent + spontanément un coup de main aux autres.

    Ils se montrent aussi + créatifs et prennent + facilement les décisions appropriées.

    Leur gaieté les rendrait également + hardis.

     

    Ce bien-être subjectif dépend surtout de 2 composantes : le degré de satisfaction et le vécu émotionnel.

     

    Contrairement aux idées reçues, l'argent n'a pas une incidence si forte sur la joie de vivre que la santé et la personnalité.

    Etre extravertie, stable émotionnellement et ouverte augmentent, en effet, les chances d'être heureuse.

     

    Autres facteurs de bonheur : vivre en couple ou en famille, s'investir dans une activité correspondant à nos buts et à nos valeurs et bénéficier de soutien social.

     

     

    Comment influencer le bonheur ?

    En s'interrogeant sur les + grandes joies et sur ce qui pourrait nous rendre + heureuse.

    Autre question à se poser : dans quelle mesure notre rêve est-il réalisable ?

    Et que faisons-nous pour nous en rapprocher ?

     

     

     

     

  • Psychologie : Grosse ou maigre et bien dans sa peau (2)

     

     

    psychologie,grosse,maigre,bien,peau

     

     

     

    La plupart des gens ressentent la faim au moment des repas. 

    Les maigres, quant à elles, disent souvent ne pas connaître cette sensation.

    Et l'on ne sait pas si c'est dû à la physiologie de l'individu ou à des conditionnements précoces.

    Certaines mères perfectionnistes essaient de deviner qd leurs enfants pourraient avoir faim et leur donnent à manger avant même que ce moment n'arrive.

    Plus tard, ces personnes sont incapables de reconnaître la faim.

     

    Si on mange avec plaisir en compagnie d'une personne aimée, cela signifie que dans la famille, les repas se sont bien déroulés.

    C'est un phénomène fréquent. 

    Les gens qui se sentent mal mangent trop ou pas assez.

    Les maigres déprimées, elles, ne s'alimentent plus du tout.

     

    Le mécanisme de restriction après des excès alimentaires est, en fait, physiologique. 

    Jusqu'à 30 ans, l'individu opère naturellement un rééquilibrage de son poids.

    Après avoir bcp mangé, on n'éprouve pas de très grandes faims, pendant un jour ou 2. 

    Donc, on ne grossit pas.

     

    Le + hallucinant canon de beauté actuel est d'avoir une poitrine opulente mais pas les hanches larges.

    Rarissimes sont les femmes qui ont naturellement ce physique-là.

    Les autres doivent porter des prothèses mammaires.

     

    Manger peut apporter une compensation face à des frustrations.

    La nourriture agit comme  un anxyolitique.

    Il peut arriver que la recherche de l'autonomie d'un adolescent se joue sur le terrain alimentaire si ses parents ont été trop rigides ou si l'adolescent a craint de les blesser en se détachant d'eux.

    Il peut, dès lors, être l'adolescent parfait dont rêvent ses parents à ceci près qu'il devient trop gros ou trop maigre.

     

    Le préjugé anti-gros est fortement ancré.

    Une étude, réalisée dans des jardins d'enfants, proposait un choix entre une poupée mince et une poupée ronde.

    L'immense majorité des enfants optèrent pour la mince sans pouvoir expliquer ce choix.

     

    Les kilos servent de bouclier.  C'est une description que font les personnes trop grosses lorsqu'elles se sentent fragilisées dans leurs relations avec les autres.

    Il s'agit d'un mécanisme psychologique appelé contraphobique.

    Si une personne est peu à l'aise dans ses rapports avec autrui sans qu'elle puisse se l'expliquer..en étant trop grosse, elle trouve une raison à son malaise.

    Comme si elle choisissait elle-même le terrain sur lequel ses difficultés avec les autres apparaîtront.

     

    Les thérapies ?

    Toute la question est de savoir si l'origine d'un excès de poids réside dans des mécanismes d'opposition à la mère. 

    Dans ce cas-là, une thérapie peut être bénéfique.

    Tout dépend de la souffrance éprouvée.  Mais l'idéal est d'accepter son corps.

     

    Les hommes n'assument pas toujours leur désir d'aimer des grosses.

    Toutes les études démontrent, en effet, qu'un homme est mieux considéré par les autres hommes s'il est accompagné d'une belle femme.

    Pourtant, il existe encore des hommes sensibles aux rondeurs et ayant suffisamment de maturité pour accepter les femmes comme elles sont.

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Psychologie : Grosse ou maigre et bien dans sa peau (1)

     

     

     

    psychologie,grosse,maigre,bien,peau

     

     

     

    L'image de la maman est un point important lorsqu'on aborde les problèmes de poids.

    Il est fondamental pour une fille de pouvoir se référer à sa mère.

    Elle veut faire soit mieux, soit le contraire de celle-ci.

    Il est également intéressant de cerner les contraintes relatives à la nourriture exercées par la mère sur sa fille dans la petite enfance.

    La minceur ou la grosseur sont, en partie, génétiquement transmises.

    Mais vu la valorisation de la minceur dans nos sociétés, il peut être primordial pour la fille d'une femme mince d'être mince à son tour et d'égaler sa mère dans le domaine de la séduction.

     

    Depuis les années 50, la minceur est synonyme de beauté.

    Reconnaître la beauté d'une grosse femme demande de la maturité et l'audace de passer outre les conventions.

    En effet, certaines études de psychologie sociale ont démontré que les personnes belles sont préjugées intelligentes.

    L'important est d'avoir un bon équilibre ainsi qu'une relation à soi-même très satisfaisante.

    Le problème survient lorsqu'on se réfère constamment à une image extérieure et que l'on déteste ses propres particularités physiques et psychologiques.

     

    Dans le domaine de la séduction, des études ont démontré l'avantage des minces sur les gros.

    Or, les femmes ont spontanément tendance à être moyennes ou grosses.

    Si l'obésité est un facteur de risque pour la santé physique, un léger excédent de poids ne constitue en rien un danger.

     

    Mais la pression socio-culturelle contre les kilos en trop est énorme.

    Ce que l'on impose, actuellement, comme l'idéal de la beauté féminine est inaccessible à la majorité des femmes.

    Et pourtant, une étude a calculé que la moyenne des articles consacrés par la presse féminine aux régimes diététiques avait doublé depuis les années 60.

    Donc, non seulement l'idéal de minceur est difficile à atteindre mais, en +, on écrit continuellement sur le sujet.

     

     

    A l'origine des problèmes d'excès pondéral se trouve généralement le comportement des mères qui confondent difficultés psychologiques et faim.

    Elles ont tendance à donner des sucreries à leurs enfants qd ceux-ci sont anxieux.

     

     

    Discrimination sexiste ....

    La folie de la minceur touche les femmes en priorité.

    Des études dans les familles ont montré que leur poids posait problème à 2/3 des mères et des filles pour seulement 1/3 des pères et des fils.

     

    Une autre étude a conclu que 75% des femmes se trouvent trop grosses alors qu'en réalité, 25% d'entre elles le sont réellement.

     

    On sait, par ailleurs, que + de 95% des femmes ont déjà suivi un régime...

     

     

     

  • Psychologie : La couleur et son effet

     

     

    psychologie,couleur,effet

     

     

    Pour prendre pleinement conscience de l'importance des couleurs, il suffit d'imaginer un monde en blanc, noir et gris.

    Quelle vision lugubre ! Un monde en noir et blanc est terne et inexpressif.

    Par contre, les couleurs parlent aux âmes et nous touchent au + profond.

     

     

    D'ailleurs, pour savoir ce qu'une personne pense exactement, on lui demande " d'annoncer la couleur" !

    La couleur exprime la qualité intrinsèque ou la face cachée des choses.

    Les peintres se font maître de cet instrument afin "d'exprimer le caractère des choses", comme le disait Vincent van Gogh.

    Il associait le printemps au rouge et au vert, l'été au bleu et à l'orange, l'automne au jaune et au violet et l'hiver au noir et blanc.

    Les saisons ne sont pas les seules à avoir leur propre caractère.

    De par sa couleur, chaque plante touche une corde particulière en nous et suscite une réaction bien distincte.

     

     

    Il suffit de penser au rouge du pavot, au bleu du bleuet, au jaune du bouton-d'or ou à l'orange du souci.

    Toutes produisent un effet différent.

     

     

    Les nombreuses nuances de vert créent également une atmosphère propre : le jaune lumineux du blé mûr est perçu d'une manière totalement différente du vert terne d'un champ de pommes de terre.

     

     

  • Psychologie: L'approche RAPP au travail

     

     

     

    respect.jpg

     

     

    L'approche RAPP au travail :

     

    1/ Le respect :

    L'ambiance au travail s'améliorera si le personnel respecte le travail et les valeurs des collègues.

    Le travailleur lui-même se sentira mieux et son attitude aura une bonne influence sur les autres.

     

    2/ L'attention :

    De nos jours, l'attention est très recherchée...mais rare.

    Se montrer attentionné, c'est bien se soigner et prendre soin des autres.

     

    Evidemment, les émotions jouent aussi un rôle !

    Les gens sentent d'abord, ils réfléchissent ensuite et l'action vient en dernier lieu.

    Dans bcp d'entreprises, il n'y a pas de place pour les émotions.

     

    Le résultat ?

    Du stress et des conflits.

     

    Pourtant, cette énergie émotionnelle peut facilement être détournée de manière positive pour augmenter la participation créative.

     

    3/ La passion :

    La passion, c'est l'ardent désir de réaliser ses objectifs.

    Mettre toute sa conviction et son coeur dans le travail, c'est le succès garanti.

     

     

    4/ Le plaisir :

    Le plaisir, c'est le contraire de la peur.

    La peur des erreurs, des sanctions.

    La peur mène à l'incertitude et à un manque de satisfaction dans le travail.

     

     

  • Psychologie : Etre parfaite

     

     

     

    perfection.jpg

     

     

    Etre réaliste : On est excellente mais pas parfaite

     

    Etre consciencieuse mais essayer de trouver un certain plaisir dans les choses que l'on fait.

    C'est le + important.

    Veiller à ne jamais remplir complètement son agenda. 

    On peut ainsi consacrer à chaque chose un peu + de temps que prévu.

     

    De la sorte, il y a de fortes chances que l'on trouve les choses bien faites et que l'on soit satisfaite.

    Mais attention : "bien faite" ne signifie pas "parfait". 

    La perfection n'existe pas, il se trouve toujours quelqu'un qui aurait songé à faire autrement.

    Impossible de faire qqchose qui ne suscite aucune remarque.

    Certains estiment même que la perfection est agaçante et ennuyeuse.

     

    Bien retenir ceci : lorsqu'on fait qqchose, 33% des gens sont d'accord, 33% en désaccord et 33% n'ont pas d'avis.

    L'effort considérable qu'on fait pour tenter d'être parfaite, c'est donc seulement pour convaincre ce petit pourcentage-là.

     

    Autant dire que la montagne accouche d'une souris.  Stop. Si on trouve que c'est OK, c'est OK.

     

  • Psychologie : Perdre un enfant

     

     

     

    deuil.jpg

     

    Le fait de partager sa douleur avec d'autres familles peut la rendre - lourde à supporter....

     

    En cas de deuil, plusieurs sentiments complexes se mélangent.

    Chacun vit la douleur à sa manière.

    Pour certaines personnes, le fait de vivre un deuil collectif peut être une composante importante.

    Tout dépend de la façon dont on va parler de son malheur, de la façon de le partager et de son évolution dans la durée.

     

     

    Une communauté peut aider à retrouver suffisamment d'énergie...mais une communauté peut être une arme à double tranchant.

     

    C'est important d'être reconnu par les autres dans l'épreuve , mais ça laisse peu de place à l'individualité, à sa propre douleur.

    Le discours collectif s'oppose au discours individuel.

    On peut retrouver ces caractéristiques lors des grandes tragédies de ce monde, comme les catastrophes ou les guerres...(on pense notamment à l'ex-Yougoslavie)

     

     

    Notre société actuelle ne peut accepter de "perdre ses enfants".

     

    La société actuelle est une société de l'image et de la vitesse.

    On voudrait des enfants parfaits, dans un monde de rêve.

    La mort ne colle pas à cette image idéalisée, c'est pq elle nous paraît insupportable.

    D'autant que les enfants sont le futur, notre futur.

     

     

    Pour certaines personnes, vivre un deuil collectif peut être important

     

     

  • Psychologie : Motivation et passion au travail

     

     

     

    psychologie,motivation,passion,travail,travailleurs

     

     

    Il faudrait voir le travail comme une possibilité de s'épanouir.  Cela demande de l'entreprise une bonne communication (interne) et une vision et  des objectifs clairs. 

    Il est important que chacun puisse retrouver ses propres objectifs dans ceux de l'entreprise.  Pour que le climat de travail favorise le développement individuel, l'entreprise a besoin d'une base solide.

    Des études réalisées par le passé montrent que le bien-être du personnel dépend de 4 facteurs essentiels (le respect, l'attention, la passion et le plaisir : RAPP), qui jouent donc un rôle primordial dans le bon fonctionnement d'une entreprise.

    Les initiatives ont + de chances de réussir si l'on adopte l'approche RAPP.  Un jour de la vie se compose de 24h, qui se répartissent globalement de manière suivante : 8 h de sommeil, 8h de travail, 2h de déplacements, 6h de tâches ménagères (repas,lessive,etc...) et d'activités sociales.

    On a tous intérêt à remplir les 8h de travail de manière qualitative.

     

    Travailleurs les + motivés :

    -  La motivation varie surtout en fonction du statut professionnel : les travailleurs indépendants et les cadres supérieurs sont les + motivés, suivis du personnel soignant et enseignant.

    Ensuite viennent les cadres moyens.  Les employés exécutifs et les ouvriers sont les - motivés.

    - Les travailleurs néerlandophones sont + motivés (ca. 10%) que les francophones.

    - La motivation augmente en fonction de l'âge, sauf dans le groupe des 25 à 34 ans, qui atteignent le score le + bas (inférieur aux - 25 ans ! ).

    - Les femmes sont un peu + motivées que les hommes, mais la différence est minime : 0,3 sur 10.

     

     

     

  • Psychologie : Les séductrices

     

     

    séductrices.gif

     

     

    Mais comment font - elles pour attirer toujours le regard des hommes, les avoir à leurs pieds, les faire tourner en bourrique ?

    Qui sont ces femmes, pas forcément très belles ou qui, même lorsqu'elles le sont, n'en jouent jamais à la manière des bombes sexuelles ?

    Elles préfèrent miser sur ce "quelque chose en +" qui intrigue, provoque, dérange même, mais ne passe jamais inaperçu.

     

    Le fantasme du Don Juan au féminin :

    A l'origine, la séduction était un terme ecclésiastique, qui voulait dire "sortir du droit chemin en jouant avec le diable".

    Et, d'une certaine façon, c'est bien ce que font les séductrices.

    A la différence des autres femmes, les séductrices se bornent à désirer et à se faire désirer, refusant de passer à l'acte sexuel, càdire à l'aboutissement logique de la séduction.

     

    Car les séductrices, malgré leur apparence très féminine, ont un rapport difficile avec leur féminité.

    Pour elles, être une femme "comme les autres" équivaut à se poser en "objet du désir", qui se laisse séduire et ensuite soumettre par l'homme.

    C'est pq elles parlent de "se démarquer", de sortir du lot, en usurpant son rôle.

    La séductrice aspire profondément à une autorité, à une maîtrise du jeu de la séduction, qu'à ses yeux seuls les hommes possèdent.

     

    C'est le fantasme de Don Juan, mais un Don Juan idéalisé, qui ne profiterait jamais de ses victimes, se contentant de les "effleurer'.

    Au fond, ce Don Juan idéalisé, elles rêvent toutes de l'avoir comme partenaire.

    Derrière la séduction à tout va, se cache la quête permanente et inavouée de cet homme impossible, à la x Prince Charmant, père tout-puissant et séducteur capable de s'abandonner.

     

    Bien entendu, elles ne le trouvent pas parmi les hommes qu'elles testent avec leurs armes secrètes, alors elles passent  à un autre, et encore à un autre, toujours inapaisées.

     

     

  • Psychologie : Conseil pour célibataires

     

     

     

     

    Un soir rien que pour vous :

     

    C'est un comble ! Vous n'avez jamais eu aussi peu de temps à vous que depuis que vous vivez en solo !

    Mais entre les dîners, les cinés, les sorties du week-end et votre rôle de babby-sitter bonne poire, vous ne trompez que vous-même : vous avez peur de vous retrouver seule.

    Un petit face-à-face avec soi-même pourrait pourtant se révéler très constructif.

    Et surtout, prendre le temps de s'écouter !

     

     

  • Psychologie : Les mensonges

     

     

     

     

     

    psychologie,mensonges,femmes,hommes

     

     

     

     

    Les mensonges des femmes :

     

    J'en ai pour 2 minutes

    Je n'ai plus rien à me mettre

    C'était merveilleux, mon amour

    Mais non, je ne suis pas jalouse

    Je ne fume pour ainsi dire plus

    ça ne fait que 350 calories

    La ligne était occupée ? Tiens, je n'ai pourtant eu personne en ligne....

    D'accord maman

    C'était une affaire en or

    Demain, je commence la gym

     

     

    Les mensonges des hommes :

     

    Bien sûr, je réalise tout ce que tu fais à la maison

    Ce soir, je rentre tôt

    Je t'appelle

    Non, je ne suis pas marié

    Le boss ne peut rien faire sans moi

    Dès que je me sens mieux, j'attaque la pelouse

    Je vais devoir travailler ce week-end

    Non, je n'avais pas oublié

    Les autres filles ne m'intéressent pas

    Les devoirs de maths de Pimprenelle ? Je m'en occupe !

     

     

     

  • Psychologie : Voir ou sentir

     

     

     

    psychologie,voir,sentir

     

     

    Notre ADN comporte une bonne centaine de gênes relatifs aux récepteurs olfactifs, des protéines capables d'associer plusieurs odeurs les unes aux autres.

    Une bonne centaine....alors que les récepteurs visuels se limitent à 4 !

    Pourtant, on vit dans une société où l'image semble bien + importante que l'odeur.

    On choisit rarement un bouquet de fleurs selon son odeur....

    Pourtant les nouveaux-nés sont parfaitement capables de reconnaître leur mère à son odeur alors qu'ils mettront des mois à la reconnaître visuellement.

    Il est d'ailleurs prouvé que le bébé perçoit et reconnaît les odeurs avant même sa naissance, in utero.

     

     

     

  • Psychologie : La honte : Plan de sauvetage (3)

     

     

     

     

    Plan de sauvetage après avoir eu un sentiment de honte :

     

    Juste après :

    1/ Transformer sa honte en simple embarras : essayer de modérer l'importance que l'on accorde à l'événement et à l'émotion que l'on ressent.

    Se dire : "Ce n'est qu'une émotion, je suis vraiment qqun d'estimable."

    2/ Dire : "je suis désolée" au lieu de se taire et de regarder ses chaussures en attendant que le ciel nous tombe sur la tête.

    3/ Tenter de réparer ou de se rattraper.

    4/ Faire preuve d'humour : pour cela, il faut avoir bien intégré que le ridicule est humain et peut concerner tout le monde.

    5/ Assumer ses actes et accepter les réactions qu'ils engendrent chez les autres.

     

    + tard :

    1/ En parler à qqun de confiance : formuler sa honte, c'est déjà la maîtriser et en prendre de la distance.

    2/ Réfléchir à ce moment de honte : les normes qu'on a transgressées sont-elles aussi exigeantes qu'on le pense?  Est-ce si grave si on les a transgressées ?  A-t-on vraiment envie d'appartenir à ce groupe qui a des normes si sévères ?

    3/ Revenir sur les lieux du crime : la honte pousse souvent à fuir les personnes devant lesquelles on s'est senti honteux.  Or, la honte ne peut s'éteindre véritablement que si on retourne affronter cette personne ou cette situation.

     

    Pour un travail de fond :

    1/ S'aimer soi-même , avec ses failles et ses imperfections.  Personne n'est infaillible.  Accepter ce fait, c'est déjà faire un grand pas dans l'acceptation de soi.

    2/ S'entourer de gens de confiance.

    3/ Se préserver des gens et des situations qui peuvent nous mettre mal à l'aise.

     

     

  • Psychologie : La honte (2)

     

     

     

    psychologie,honte

     

     

    Inutile d'en faire trop, cependant.  Afficher trop souvent sa honte ne va pas nous faire passer pour qqun de + sympathique.  Au contraire, on nous verra alors plutôt comme une personne peu intéressante, peu séduisante et - digne de confiance.

    Facile à comprendre : à trop montrer qu'on a honte, on est finalement perçu aussi négativement que l'on se perçoit soi-même.

    Mais à côté d'une honte sporadique et finalement assez saine existe une honte toxique, viscéralement engoncée dans l'inconscient.

    Petit, le futur honteux pathologique a reçu une éducation qui lui imposait des exigences trop élevées par rapport à ses possibilités et qui faisait la part belle aux critiques et aux moqueries ironiques.

    Mais il a également pu voir ses parents profondément humiliés, ou tellement démunis devant lui qu'il s'est senti délaissé.

    En qq sorte, on est toutes un peu des honteuses pathologiques : on nous a appris à avoir honte d'exprimer notre colère, notre peur, notre tristesse, notre sexualité, pendant l'enfance...L'école humilie les dernières de classe.


    Résultat : on se croit imparfaite, peu intéressante, et chaque petite humiliation du quotidien vient rouvrir cette vilaine blessure.

    La dépression, la paranoïa, les problèmes de compulsion, voire même la criminalité, ont souvent pour origine une profonde honte de soi.




  • Psychologie : La honte (1)

     

     

     

    honte.jpg

     

     

    Elle apparaît chez l'enfant entre 15 et 24 mois, au moment où il commence à acquérir une certaine autonomie vis-à-vis de ses parents : la honte lui indique alors les limites de son pouvoir.

    Les choses ne changent guère à l'âge adulte : avoir honte nous rappelle que nous ne sommes pas omnipotents, elle nous donne les balises de ce que nous sommes capables de faire et de ne pas faire, comme une petite fenêtre ouverte sur notre moi authentique.

    Dans le même temps, la honte nous attire l'indulgence des autres.

    Pour la même faute, les enfants qui expriment de la honte sont - sévèrement punis que les autres.

    Dans les procès, les délinquants qui montrent de la honte reçoivent des peines + légères que ceux qui n'en montrent pas.

    Voire la sympathie : des expériences ont révélé que des sujets qui montrent de la honte après un faux pas (ex : renverser une pile de boites dans un supermarché) reçoivent + d'aide que les autres .

    En un sens, la honte est un moyen de communiquer avec autrui, de lui montrer qu'on est comme lui.

    Enfin, et surtout, la honte nous aide à bien nous tenir.  Qu'est-ce qui nous empêche de nous curer le nez en pleine réunion ? La honte, bien sûr.  Qu'est-ce qui nous retient de sauter au cou de notre patron parce qu'il nous augmente ? La honte aussi.

    Imaginer un monde où la honte n'existerait pas : chacun agirait à sa guise en se moquant du regard des autres. 

    Impensable.  La honte est comme un signal d'alarme qui nous informe que nous risquons de transgresser les normes du groupe. Elle est donc un excellent régulateur de nos comportements sociaux.

     

     

  • Psychologie : L'heure du soap (2)

     

     

     

    psychologie,soap,heure

     

     

    A ce jeu, les soaps diffusés en Belgique sont particulièrement forts.  Le réalisme est très présent. 

    Comme si les événements pouvaient se dérouler dans notre famille ou dans notre rue.  L'actualité sociale est également prise en compte. 

    Dans  "Plus belle la vie", on parle de la 1ère génération issue de l'immigration.  Les relations homosexuelles sont également un signe d'ouverture.

    Les soaps permettent en outre de rapprocher les gens.  Regarder l'épisode ensemble sur le canapé, parler des événements de la veille avec des amies, etc...

    Les soaps sont une expérience que l'on partage avec les autres et qui crée des liens.  Comme si l'on parlait de membres de la famille ou d'amis.


    Les soaps peuvent-ils créer une dépendance ?

    La dépendance implique que l'on ressente le besoin de faire les mêmes choses encore et encore, que l'on ne puisse plus s'en passer ne serait-ce qu'une journée.

    La dépendance est donc une notion négative.  On peut difficilement imaginer que qqun se mette à agir de manière insensée si son soap préféré venait à disparaître de l'antenne. 

    Regarder des soaps reste une activité plaisante.  Il est cependant vrai que les réalisateurs utilisent toutes les ficelles du métier pour fidéliser les téléspectateurs. 

    Ils nous laissent sur notre faim.  Ainsi, si un problème survient le lundi, il faut souvent attendre au moins jusqu'au vendredi pour savoir comment il peut être résolu.

    Très souvent, le problème n'est même jamais solutionné et un nouveau rebondissement veille à ce que l'on reste devant l'écran.  Comme un train que l'on aurait du mal à quitter. 

    Encore faudrait-il qu'on veuille en descendre.  Après tout, on est bien installé, le programme réserve des surprises et les personnages ne tapent jamais sur les nerfs.



     

  • Psychologie : L'heure du soap (1)

     

     

    psychologie,soap

     

     

    Le but des soaps est avant tout de divertir.  Ils ne traitent pas des grands problèmes du monde. 

    Si on pense y trouver une pincée de politique ou les dernières nouvelles économiques, on risque d'être déçu. 

    Par contre, si on souhaite ne pas avoir à réfléchir et voir la vie au travers des yeux d'un autre, on appréciera le programme.

    Les 1ers soaps ont fait leur apparition à la radio américaine il y a plusieurs dizaines d'années.  Ces récits parlés étaient sponsorisés par des fabricants de produits ménagers, d'où le nom de soap (savon, en anglais). 

    Les femmes au foyer constituaient le groupe principalement visé.

    Pas étonnant donc que le contenu des programmes soit très féminin.  Le couple, la famille et toutes les grandes émotions qu'ils génèrent forment la base de tous les soaps. 

    C'est la raison pour laquelle les hommes dédaignent souvent ce genre de programmes. 

    Les soaps ont malheureusement toujours la même connotation.  Il n'est pas toujours de bon ton de parler des personnages des soaps dans certains milieux. 

    Mais il ne faut pas sous-estimer le nombre de personnes qui regardent "Les Feux de l'amour", "Plus belle la vie" en cachette.  Elles sont nombreuses.

    De temps en temps, un petit soap haut en couleur ne peut pas faire de mal.  Cela peut même faire du bien. 

    De + en + de spécialistes sont même convaincus que regarder chaque jour sa série préférée peut être très bénéfique.

    Les soaps traitent souvent des thèmes de la vie quotidienne.  On connaît les situations et les sentiments traités. 

    C'est la raison pour laquelle on laisse + facilement parler nos sentiments.



     

     

  • Psychologie : Booster sa mémoire et devenir un pro du blocus (3)

     

     

     

    psychologie,booster,mémoire,varier

     

     

    Varier :

     

    Etudier de manière efficace demande de la motivation. 

    Bien se dire que le blocus, ce n'est pas une période ennuyeuse, enfermé avec ses bouquins.

    Faire en sorte que ce soit une période intéressante et surprenante : Varier !!

     

    Truc : En moyenne, un adulte peut se concentrer pendant 50 minutes. 

    Rester attentif en apportant de la variation.

    Variation au niveau du programme : étudier et se relaxer

    Variation au niveau de la matière : cours "lourds" et cours + "légers"

    Variation au niveau de la méthode : à haute voix, en silence ou en prenant note

     

    Conclusion : Il n'y a pas de recette magique pour aborder et réussir les examens. 

    Même si on est un des heureux spécimens qui absorbent comme une éponge, le succès n'est pas garanti.

    Mais on peut se faciliter bien des choses par une bonne préparation, assortie d'une organisation intelligente. 

    Travailler dur et être confiant.

     

    Histoire vécue :

    William James Sidis est né à New York, le 1er avril 1898, de parents d'origine ukrainienne. 

    Sa mère avait fait des études de médecine à l'Université de Boston et son père était un psychothérapeute renommé grâce à ses réalisations au niveau de l'hypnose.

    Sidis avait le Q.I. le + élevé jamais mesuré.  Il maîtrisait le grec ancien à l'âge de 3 ans et le russe, l'allemand et le français à l'âge de 8 ans. 

    Adulte, il parlait + de 40 langues et dialectes.

    Entré à Harvard à 11 ans et diplômé "cum laude" à l'âge de 16 ans, il devint le + jeune prof jamais connu.  Il passait une bonne partie de sa vie à étudier le phénomène des trous noirs dans l'univers.

    William James Sidis était probablement un des + grands génies de l'histoire.  Or, les médias et les fréquentes attaques de harcèlement moral l'ont poussé à abandonner son job à l'université et à disparaître dans la foule.

    Sa mort prématurée en 1944 ( il avait 46 ans ) l'a empêché d'achever ses travaux.

     

     

    L'intelligence, ce n'est pas la connaissance, mais bien ce que l'on fait avec cette connaissance





     

  • Psychologie : Booster la mémoire et devenir un pro du blocus (2)

     

     

    blocus (2).jpg

     

    Planifier :

     

    Chaque étudiant a sa méthode d'étude, mais une chose est certaine : étudier de manière efficace demande un bon planning !

     

    Voici les 3 règles d'or :


    1/ Adapter son planning à son BIORYTHME :

    Les lève-tôt ont intérêt à étudier le + possible le matin, tandis que les couche-tard font la grasse matinée pour pouvoir "foncer" l'après-midi, le soir ou même la nuit !

     

    2/ Prévoir des PAUSES :

    Pour augmenter la concentration, il suffit de prendre un bon bol d'air tous les jours. 

    Et pour bien dormir, essayer de se relaxer avant de se coucher pour que son esprit se calme après une journée d'étude intense.

     

    3/ Prendre un PETIT-DEJEUNER, un LUNCH et un SOUPER

    Ne pas manger derrière ses syllabi, mais s'installer à table et en profiter pour papoter un peu..question de changer d'air. 

    Garder toujours une bouteille d'eau près de soi pour éviter la déshydratation, les maux de tête et les pertes d'énergie.


    Truc : Pendant la période du blocus, un étudiant consomme en moyenne quelque 2.500 calories par jour. 

    Essayer d'en tenir compte : manger assez, manger sain et régulièrement.


     

    Répéter, répéter,répéter :

    Chaque étudiant a sa propre méthode d'étude mais une chose est certaine , cette petite phrase n'est certainement pas une inconnue !

    En effet, étudier de manière efficace demande un effort au niveau de la répétition.

    Un étudiant qui assiste aux cours, qui retravaille ses notes le soir et qui synthétise la matière en guise de préparation au blocus a déjà passé 3x la matière en revue. 

    Dans ce cas, la répétition se fait sous différentes formes, mais la variation est un must.

    Répéter est un exercice de mémoire éprouvé. 

    En répétant la table des matières, par exemple, avant d'entamer le vrai travail d'étude, on peut mettre toute question d'examen tout de suite dans le contexte correct.


    Truc: La mémoire peut stocker tout au + 7 choses à la x. 

    Permettre donc au cerveau d'absorber les nouvelles infos en limitant les temps d'étude par cours au lieu de faire un blocus marathon.


     

    La confiance en soi est la + efficace des armes

    Benjamin Spock, pédagogue américain



     

  • Psychologie : Booster la mémoire et devenir un pro du blocus (1)

     

     

     

    blocus.jpg

     

     Se préparer :

    Chaque étudiant a sa propre méthode d'étude, mais une chose est certaine : étudier de manière efficace demande une bonne préparation !


    Voici 3 règles d'or :

    1/ Cerner LA MATIERE à étudier :

    Pendant le blocus, le temps est un bien rare. 

    Ne pas perdre de moments précieux à étudier des chapitres qu'il ne faut pas connaître pour l'examen.

     

    2/ Fixer des PRIORITES :

    Quels sont les cours les + importants ? Quels sont les + lourds ? 

    Faire un planning en fonction de cette information.

     

    3/ STRUCTURER la matière :

    Le type d'information et la manière dont elle est présentée font que la mémoire n'enregistre qu'une partie de tout ce qu'on lit.

    En tant qu'étudiant, la matière à étudier se présente en général sous forme de livres, de cours ou de notes avec de grands blocs de texte ininterrompu.

    La mémoire est toutefois multifonctionnelle et travaille sur base d'images, de sons, de structures et de rapports.

    Intégrer ces éléments dans la matière à étudier facilitera le travail d'étude.

     

    Des infos concevables ne demandent pas d'effort et sont enregistrées dans la mémoire à court terme

    Comprendre des nouveautés demande un effort et sont enregistrées dans la mémoire à moyen terme

    Acquérir de la connaissance permanente demande une méthode d'étude active (comprendre et structurer) et est enregistrée dans la mémoire à long terme

     

    D'où l'importance des titres, des encadrés et des schémas.  Etre créatif pour mettre les cours en page, de manière à ce que les éléments importants soient accentués.

     

    Truc : La mémoire à long terme est + efficace que la mémoire à court terme.  Si on veut bien maîtriser la matière, ne pas attendre la dernière minute pour lire, structurer et synthétiser les cours.

     

    La mémoire est la précieuse servante de l'intelligence

    Marcel Bizos, professeur et auteur français

     

     

  • Psychologie / Bien-Etre : Les Odeurs



     

    psychologie,bien-etre,odeur



    Les odeurs exercent une forte influence sur la partie émotionnelle de notre cerveau.  Même en concentrations minimes, elles ont un effet.  Les odeurs peuvent évoquer des souvenirs forts. Bouche cousue

    L'odeur du pain qui cuit ou des galettes peut nous ramener dans la cuisine de notre grand-mère, celle du cigare peut faire penser à un vieil oncle,...

    Etonnamment, ce sont les odeurs qui évoquent émotions et souvenirs mais nous parvenons difficilement à les reconnaître "consciemment".

    Les odeurs sont aussi de puissants stimulants : elles peuvent déterminer notre comportement émotionnel et physique...

    Si vous devez travailler toute la journée dans un espace où règne une désagréable odeur de renfermé, les chances sont grandes que vous rentriez chez vous le soir un peu déprimé.  Par contre,après une promenade dans la nature et avoir respiré des parfums frais, on se sent de suite en pleine santé.

    L'odeur influence notre corps. 

    Une étude montre que les malades se sentent mieux grâce au parfum citronné.  Et la lavande avec un peu d'eucalyptus accélère la respiration et rend plus vif.





    enfant24


  • Psychologie : Interpréter son rêve

     

     

     

    reve.jpg

     

     

    Les bons réflexes pour apprendre à interpréter ses rêves :

     

    Dès le réveil, se remémorer son rêve et l'écrire.

    Examiner les détails de son rêve et le déroulement de l'action.

    Analyser son rôle au sein du rêve ( acteur, spectateur...)

    Analyser ensuite les actions secondaires et faire des associations entre elle ( les objets, personnes, événements....)

    Chercher la signification des symboles présents dans son rêve.

    Observer également ses impressions au réveil.  Si on est calme, pas de soucis.  Si le réveil est tendu et laisse une impression forte, il s'agit peut-être d'un avertissement.  En prendre compte !




  • Psychologie : Rêves, quelques clefs d'analyse

    Le rêve d'un train manqué est un rêve de consolation contre l'angoisse de mort que représente le départ ou le voyage.

     

    reve.jpg

     

    Le train symbolise aussi le progrès ou la réussite sexuelle.

    Le rêve de perte ou arrachage de dents ramène à l'impuissance ou la castration dont on menace l'enfant qui se masturbe.

    Il peut aussi signifier le passage de l'enfance à l'âge adulte.

    Chez une femme, le rêve des dents avalées peut signaler le désir d'avoir un enfant.

    Les rêves où l'on vole peuvent exprimer que l'on cherche à fuir des conflits actuels ou à les dominer.

    Cela peut aussi désigner un désir d'amour libre.

     

    orphée.jpg

  • Psychologie : Interprétation des Rêves


    Les Symboles les plus courants :Innocent

    revesLes Aiguilles,les Pointes... Sont autant de symboles de discorde.

    Les Cavernes, Navires et Vases nous ramènent à la féminité.  Ils peuvent aussi représenter le voyage ou le désir de changer de vie.

    Les Escaliers, Echelles, Sentiers symbolisent l'acte sexuel.  Montés, ils peuvent être symboles de croissance, de développement, de promotion sociale. Descendus,ils représentent la dégénérescence, la mort et les difficultés au travail.

    Le Départ est symbole de mort.

    Le Feu, c'est la passion et le désir.

    Les Insectes font référence à la fratrie.

    La Nudité, le Blanc et le Lys sont signes de naissance.

    Tout ce qui est élevé symbolise l'espoir et les désirs.

     

    Ces quelques exemples sont les plus courants mais chaque rêve peut,bien entendu,être analysé de manière plus pointue et personnelle.


  • Psychologie : Comment s'y prendre pour faire craquer son partenaire

     

    Quelques trucs et astuces utilisés pour faire craquer un partenaire...

    attirer.jpg

     

    1/ Le snober ou faire mine de le mépriser

    ex : Debbie Reynolds dans " Chantons sous la pluie". La souris prend de haut Gene Kelly, qui joue une star internationale du muet. 

    L'acteur, l'ego soudain dégonflé mais la libido boostée à bloc, en redemande.

    2/ Jouer les lesbiennes canon

    comme J.Lo dans "Amours troubles", qui rend le grand Ben(et) Affleck fou de désir en lui déclarant avec flegme qu'elle adorerait coucher avec le beau gosse qu'il est ...si seulement elle aimait les hommes. 

    Frustration maximum et effet garanti.

    3/ Cumuler les gaffes et se prendre les pieds dans le tapis

    dès qu'on prononce le mot "enfant" ou "rendez-vous" devant elles, comme Suzanne, le personnage incarné par Teri dans Desperate Housewives. 

    Mike Delfino adore.  Les téléspectateurs aussi.

    4/ Etre invexables

    comme Judith Henry, dans La Discrète, qui, bien trop occupée par son travail, est totalement insensible aux sarcasmes et aux goujateries du gomeux Lucchini.

    Celui-ci, troublé de ne pas parvenir à la blesser, finit par furieusement désirer cette fille trop normale pour lui.

     

  • Psychologie : Le boom des 4 générations

    Principale raison de la multiplication des familles à 4 maillons, le formidable gain en matière de mortalité des personnes âgées.

    generation.jpg

    Survivre jusqu'à 80 ans était le fait d'à peine 28% des femmes nées en 1890, contre 63% pour celles nées 30 ans + tard.

    Parallèlement, la probabilité de perdre un enfant a diminué au fil du temps.  20% des femmes de la génération de 1920 a perdu au moins 1 de ses enfants, alors que cela ne concerne que 5% des femmes nées en 1950.

    C'est d'ailleurs la femme de 50 ans qui est le + souvent le "pivot" de ces familles : elle prend en charge en même temps ses descendants et ses ascendants.  Presque la 1/2 des femmes de la génération 1950 seront à la retraite en même temps que leurs parents, et elles devront alors gérer leur vieillesse et celle de leurs ascendants, tout en restant sollicitées par les jeunes générations.

    Comment la société pourra-t-elle suppléer aux éventuelles défaillances de l'un de ces maillons ?

    arbre.jpg