anxiété

  • Animaux : La peur des bruits : Vocabulaire employé (1)

     

     

     

     

    chien.jpg

     

     

    Pour de nombreux chiens, la peur des bruits (pétards, coups de fusil ou tonnerre) peut devenir une véritable phobie et nécessite une aide de la part du propriétaire.

    En effet, ce problème comportemental peut devenir très vite gênant, autant pour le chien que pour son maître.

     

    Quelques définitions :

     

    Quelques termes utilisés dans l'approche des animaux :

     

    L'anxiété : l'anxiété est un état réactionnel caractérisé par l'augmentation de probabilité de déclenchement de réactions émotionnelles analogues à celles de la peur, en réponse à toute variation du milieu.

    L'état anxieux est un état pathologique qui invalide le chien dans ses capacités adaptatives et ses relations avec l'environnement. Il en résulte une désorganisation des auto-contrôles.

    Il est important de différencier les états physiologiques qui sont :

    - l'état de crainte : gestion d'un stimulus dans un milieu où la fuite est possible.

    - l'état de peur : gestion d'un stimulus dans un milieu où la fuite est impossible, entraînant des réactions + intenses.

     

    La phobie : La phobie est une réponse émotionnelle de peur extrème en l'absence de danger réel et qui ne s'atténue pas qd le stimulus disparaît.  Il va y avoir sensibilisation et anticipation.

    L'état phobique peut être classé en 3 stades correspondant à une dégradation progressive de l'homéostasie sensorielle du chien.

    Dans le stade 1, le stimulus déclencheur est facilement identifiable. ( ex: phobie de l'orage).  On observe des tremblements, de la mydriase et vidange des sacs anaux.  La phobie est dite simple.

    La réactivité vis-à-vis du milieu se fait sous l'influence de 2 processus opposés : la sensibilisation et l'habituation.





  • Animaux : L'anxiété de séparation ( 2 )

     

    2ème phase : Le détachement

     

     

    chien.gif

     


    De même qu'un enfant doit sortir "des jupes de sa mère" et commence à voler de ses propres ailes, de même le chiot devient de + en + indépendant d'une mère qui d'ailleurs, au fil des semaines qui passent, devient de + en + permissive vis-à-vis de ses chiots.

    En effet, 1,5 à 2 mois après la naissance, la mère laisse + volontiers les autres membres du groupe s'approcher de ses petits. 

    Elle laisse également ses petits augmenter leur périmètre d'exploration.

    Cela permet aux chiots d'apprendre les codes sociaux en vigueur dans la meute.

    Cet acquis + important de la vie en société donne de l'assurance aux chiots et leur permet de prendre de la distance par rapport au pouvoir apaisant de leur mère.

    Par la suite, lors d'un nouvel oestrus ( période pendant laquelle la mère est fécondable ), la mère va même refouler les petits, les rejeter et entamer ainsi un processus de "sevrage physique" qui est le DETACHEMENT.

    Ce processus se fera + rapidement avec les chiots mâles et pourra se prolonger un peu avec les chiots femelles, il a lieu quand les chiots ont atteint l'âge de 4 ou 5 mois.

     

    Le lien privilégié avec un individu spécifique disparaît donc au profit d'un lien social avec l'ensemble des membres de la meute.




  • Animaux : L'anxiété de séparation (1)

    L'anxiété de séparation est une des affections les + fréquentes chez le chien, au même titre que les sociopathies.

    Les symptômes cliniques de souillures, déprédations et vocalises rendent rapidement infernale la vie des propriétaires qui, sans une intervention correcte du vétérinaire devront en arriver à se séparer de leur chien.

     

    animaux,anxiété,séparation,attachement

     

     

     

    Ontogénèse :

    La 1ère chose à savoir, est que ce tableau d'anxiété de séparation apparaît chez les chiens qui n'ont pas passé correctement la phase de détachement.

    Pour bien comprendre de quelle façon cet état pathologique peut s'installer, il faut bien comprendre cette notion d'attachement. Comme dans toutes les espèces nidicoles, les chiots sont totalement dépendants de leur mère, au moins durant leurs premières semaines de vie.

     

    1ère phase : L'attachement

    C'est la mère qui assure la survie de son petit en le nourrissant, en le protégeant et en lui donnant sa chaleur.

    Elle a, vis-à-vis de son chiot un comportement hyper-protecteur.

    Très logiquement, en corollaire de cette attitude maternelle, le chiot, tout au long de la maturation de ses organes sensoriels, ne va avoir des informations auditives, tactiles et après qq jours, visuelles, que de sa mère qui va devenir son unique critère de référence.

    Le chiot va faire parallèlement une discrimination entre les stimuli agréables et les stimuli désagréables.

    La mère focalisant l'ensemble de ces stimuli agréables, elle va donc être très logiquement l'objet d'un attachement très privilégié.

    Cette sécurité donne au chiot la possibilité de découvrir son environnement. Pour ce faire, il pratique un comportement exploratoire rayonnant d'un centre : sa mère. Ce comportement est appelé "comportement en étoile". Le chiot part ds une direction, reste en contact vocal avec sa mère, revient vers elle et puis repart ds une autre direction pour revenir vers sa mère ensuite.

    On a certainement tous déjà entendu ce contact vocal permanent entre la mère et ses petits pdt ces phases d'exploration. Les chiots qui se sont trop éloignés de leur mère poussent de petits cris de détresse.

    En réponse à ces cris, soit la mère émet de petits gémissements qui permettent aux chiots de se réorienter vers elle, soit elle va carrément les récupérer et les ramener au nid.

    La création de ce lien d'attachement est donc une nécessité vitale qui est indispensable à la poursuite du développement comportemental du chiot.

     

     

    anxiété1.jpg

     

     

  • Animaux : Chiens : L'anxiété de séparation (1)

     

    3 conditions : Hyperattachement, infantilisme comportemental, manifestations anxieuses.

    anxiété.jpg

     

    1/ Symptômes de l'hyperattachement :

    Le critère principal est la recherche constante de la part du chien de contacts physiques ou visuels avec le propriétaire, objet de son attachement.

    Le comportement du chien se limite donc à :

    • Une constante demande d'attention.
    •  Avoir toujours la figure d'attachement dans son champ visuel.
    • La nécessité d'un contact physique avec le propriétaire pour pouvoir s'endormir ( pex: le chien est couché aux pieds de son maître mais toujours avec, soit une patte, soit la tête posée sur ses pieds ).

    Dans la maison, si le maître quitte la pièce dans laquelle il se trouve avec son chien, le chien va rester dans la pièce à condition qu'il puisse garder son maître dans son champ de vision.  Si ce n'est pas le cas, il va suivre systèmatiquement son propriétaire dans toutes les pièces de la maison.

    En promenade, le chien hyperattaché à son maître est un chien qui, même en liberté, ne va jamais s'éloigner.  Il va respecter ce comportement en étoile que les chiots adoptent lors de l'exploration en dehors du nid.

     

    2/ Comportement infantile :

    Le chien va présenter un retard dans l'apparition des comportements sexuels.  Les contacts avec les autres chiens ne se feront que dans un but de jeu ( mais ce phénomène peut aussi être présent pour un chien hypersensible et hyperactif ).

     

    3/ Manifestations anxieuses

    Celles-ci ne se présenteront logiquement qu'en l'absence du maître.  Le propriétaire ne peut donc en voir que les conséquences sur son intérieur.  Les manifestations anxieuses peuvent être classées :

    • Soit en un tableau clinique productif.
    • Soit en une forme déficitaire.