approche

  • Santé : Anorexie/Boulimie : Approche psychologique (4)

     

     

    santé,anorexie,boulimie,approche,psychologique

     

    Se soigner mais comment ?

    Ces maladies complexes touchent tant le corps que l'esprit.  On ne peut donc pas soigner l'un en ignorant l'autre.  C'est pq seul un encadrement multidisciplinaire et une participation de la famille pourront mener à une guérison complète.

    Il faut donc rapidement consulter, avant que la maladie ne s'installe trop profondément : médecin, psychiatre, psychologue, diététicien....


    1/ Psychologue :

    Du point de vue du psychologue, la boulimie et l'anorexie sont d'abord des symptômes, des signaux qui montrent qu'une relation est faussée.  La relation à la nourriture commence pour chacun de nous qd nous sommes bébés, au sein de notre mère.  C'est qq chose de très fondamental.  Alors, il n'est pas très étonnant que qd ça va mal, on l'exprime par des troubles alimentaires.

    Cela arrive à petite échelle, chez tout le monde.  Qd on a un coup de cafard, on mange du chocolat pour se consoler.  Et si on est au restaurant devant un bon repas, et qu'on apprend que qqun qu'on aime a eu un accident, subitement, on n'a plus faim. 

    Ce qui est important en cas d'anorexie ou de boulimie, c'est de voir ce qu'il y a derrière ce comportement.  Se demander, par exemple, à quoi sert, pour telle personne, le fait d'être boulimique ? Peut-être à ne pas penser toute l'agressivité qu'elle a en elle.

    Souvent, dans ces histoires, il y a une haine interdite qu'on retourne contre soi.  Il y a peu d'hommes anorexiques, même s'il y en a.  On dit parfois que c'est à cause des magazines féminins, qui proposent des régimes ou qui valorisent la minceur. Ce type d'explication sert à accuser la société pour ne pas se remettre soi-même en question.  On ne naît pas anorexique, on le devient.  Même chose pour la boulimie.  Mais il y a des hommes boulimiques.  Certains hommes qui boivent bcp ne sont pas tant alcooliques que boulimiques : ils avalent, pour se remplir...

    On peut guérir de ces troubles alimentaires, en apprenant à mettre des mots sur sa souffrance, à mettre les choses en pensées plutôt qu'à les mettre en actes.

    Les thérapies de groupe donnent de bons résultats.  On se rend compte qu'on n'est pas le seul à avoir le problème, on peut projeter certaines choses chez les autres membres du groupe et ainsi leur trouver un "contenant", un lieu où elles ne débordent plus.  Et puis, dans un groupe, c'est étonnant de constater comme les personnes voient clair dans le problème de l'autre, qui est aussi le leur."