bas-fonds

  • Bruxelles : Les Bas-Fonds

     

    Un quartier disparu de Bruxelles : Les Bas-Fonds

     

    denrees.jpg

    Les habitants des Bas-Fonds étaient les Bas-Fondistes, par la suite ils ont été remplacés par les navetteurs qui venaient occupés la (très moche) Cité administrative. ( hélas!)

    Les Bas-Fonds ont disparu, comme d'ailleurs beaucoup d'autres vieux quartiers.  Le jour où le Roi a posé la première pierre de la Cité administrative de l'Etat, où travaillaient plusieurs milliers de fonctionnaires, a aussi été celui de la disparition définitive de ce vieux quartier.

    Ce quartier se trouvait donc au pied de la Colonne du Congrès, en contrebas de la rue Royale; il s'agissait d'un quartier excentrique, de Deufkes, qui était peuplé d'habitants indépendants, qui aimaient se faire appeler Bas-Fondistes plutôt que Bruxellois !

    La rue principale de ce petit sous-quartier était la rue des Cailles, en bruxellois, la Kwakkelstroet. Cette rue était connue comme mal famée, lieu de turpitudes et de débauche. A un tel point que le Conseil communal décida de changer le nom en rue des Denrées.  Peu à peu, cependant, la population de cette rue chaude s'assagit et fut occupée par des petites gens, rempailleurs de chaises, poêliers, chiffonniers et autres gagne-petit.

    A l'ouest, les Bas-Fonds étaient limités par le quartier Pachéco et vers le sud, par celui des rues des Sables, Saint-Laurent et autres, qui jouissaient d'une réputation semblable à celle de la rue des Cailles.

    Nombreux étaient les Bruxellois qui, la nuit tombée, quittaient la rue Royale et ses luxueuses boutiques abondamment éclairées pour descendre les larges escaliers derrière la Colonne du Congrès.  Là, il n'y avait plus que les réverbères, diffusant une triste lumière dans des rues désertes.  Des rues + étranges les unes que les autres qui s'enchevêtraient, comme la rue du Chemin-de-terre, la rue de Tilly ou la rue des Betteraves.

    Les Bas-Fondistes étaient en guerre permanente avec les Marolliens, leurs voisins.

    Source : Cercle d'Histoire de Bruxelles