convives

  • Savoir Vivre : Plan de table pour grande réception

    Placer ses convives est un art difficile et qui demande,en dehors de principes bien établis, un doigté subtil.

    De ce doigté, dépendent bien souvent la réussite ou l'échec d'une grande réception.

    En général, le maître et la maîtresse de maison se font face, en occupant soit le milieu de la table (à la française), soit les deux extrémités de la table (à l'anglaise).

    Lorsque le maître et la maîtresse de maison occupent le milieu, ce sont les jeunes qui sont généralement aux bouts de la table. A la droite de la maîtresse de maison, on place toujours l'invité le + âgé ou le + important (c'est tjrs un homme qui occupe cette place d'honneur), à sa gauche, celui qui vient aussitôt après, en respectant, comme il se doit, la hiérarchie.

    De même,le maître de maison place à sa droite la femme la + âgée ou celle dont le rang est le + élevé, ou encore l'épouse du personnage le + considérable. A sa gauche, la femme la + âgée ou la + importante après celle qui occupe la place d'honneur.  Les autres femmes seront encadrées par les hommes présents. Là encore, selon l'âge et selon la situation.

    Les parents et grands-parents des maîtres de maison ne sont jamais placés à l'une des extrémités de la table.

    Une mère, une belle-mère, une grand-mère prend place à la droite du maître de maison.

    Un père, un beau-père ou un grand-père sera placé à la droite de la maîtresse de maison.

    Lorsqu'une femme, veuve ou célibataire, reçoit, c'est alors l'invité le + âgé ou le + important qui préside en face d'elle.

    Pour résumer très simplement ces principes quelque peu compliqués, disons que : la présidence de la table revient aux maîtres de maison, entourés des personnes les + âgées ou les + importantes.

    Viennent ensuite, par ordre décroissant d'âge et d'importance, les autres convives, les + jeunes étant les + éloignés des maîtres de maison.

    Si un personnage de haut rang figure parmi les invités, le maître de maison lui cède la présidence.

    Enfin, certaines personnes superstitieuses ont une peur panique du chiffre 13. C'est à la maîtresse de maison d'éviter ce chiffre, en s'arrangeant pour faire une table de 12 ou 14 convives.