crustacés

  • Cuisine : Coquillages et crustacés

     

     

     

    coquillages.jpg

     

     

    Pour profiter pleinement d'un repas de coquillages et de crustacés, il est important d'être équipé :

     

     

    Pour l'ouverture des coquillages :

    Un bon couteau à lame courte et pointue ou un couteau à huitres.

     

     

    Pour la découpe des homards et langoustes :

    Un grand couteau de cuisine très aiguisé ou une paire de ciseaux à crustacés.

     

     

    A table :

    Des pinces ou des casse-noix pour casser les pinces des tourteaux et homards,

    des fourchettes ou pinces adéquates pour retirer la chair des pinces et pattes des crustacés,

    un rince-doigts par personne ( un petit récipient contenant de l'eau tiède et une tranche de citron ou un sachet contenant une serviette humide et parfumée )

     

     

    Astuce : Si l'ouverture des huîtres ou la cuisson des crustacés effraie, les responsables de la poissonnerie se feront un plaisir d'aider, si on leur en fait la demande au préalable.

     

     

  • Bien-Etre : A la recherche de l'iode perdu (2)

     

     

     

    sel.png

     

    Comment faire pour s'assurer un apport iodé suffisant  ?

    D'abord, privilégier les sources naturelles d'iode que sont les organismes marins : les poissons et les fruits de mer.  D'autant que ces aliments présentent de moult autres atouts nutritionnels qui méritent de les faire figurer régulièrement aux menus. 

    La consommation de poisson de mer, à raison de 2x par semaine, permet d'atteindre les objectifs prescrits.  Pendant la grossesse, les besoins en iode sont nettement accrus, raison pour laquelle il est conseillé de recourir à un apport complémentaire sous forme de supplément.

    Contrairement à une idée très répandue, le sel de mer ne contient pratiquement plus d'iode.  En effet, l'iode étant très volatil, il disparaît dans la nature lors de l'évaporation de l'eau pour recueillir le sel.  Et qu'il s'agisse de sel gris, de fleur de sel ou autre, cela n'en fait toujours pas une source d'iode.  Il existe par contre plusieurs sels iodés, c'est-à-dire enrichis en iode, de manière à contribuer de façon significative à l'apport iodé.

    Dans ce cas, la mention "iodé" figure clairement sur l'étiquette.  Dans certains pays, tous les sels sont iodés, mais chez nous, c'est loin d'être le cas, et il faut donc ouvrir les yeux.  Attention, cela ne doit pas pour autant inciter à consommer + de sel, sous prétexte qu'il est iodé !

    Certains fabricants utilisent du sel iodé à la place du sel normal pour la confection de leurs produits.  La mention "sel iodé" figure alors dans la liste des ingrédients.

    Autre catégorie d'aliments très riches en iode sont les algues.  Laitue de mer, nori, wakamé,...regorgent du précieux oligoélément.  Coupées et séchées, ces algues peuvent être utilisées comme condiment pour toutes les préparations de poisson.  On en retrouve aussi dans de nombreux plats asiatiques.

    Enfin, la salicorne ou le passe-pierre n'est pas une algue, mais un légume qui pousse dans les marais salés des côtes maritimes.  Elle constitue aussi un apport complémentaire en iode, qui s'accorde particulièrement bien avec le poisson.