fête

  • Déco : La fête de la lumière

     

     

     

     

    déco,fête,lumière,noel,bougies

     

     

    Pour les croyants, la Noël commémore la naissance de Jésus.  Qd bien même il y aurait tant dans l'année que dans la date des discordances historiques. 

    De même que l'endroit, Bethléem semblant ne pas encore exister à l'époque.

     

    La Noël reste avant tout la célébration de la lumière durant la nuit hivernale.  Une fête pour conjurer la morosité de la saison froide. 

    D'où il importe de ne pas lésiner sur l'éclairage lors des réveillons.  Non pas un éclairage cru, mais une lumière emplie de tendresse.

    Comme celle que nous offre la flamme des bougies.

     

    En prenant cependant qq précautions : les gens pensent bien souvent qu'un malheur ne peut pas se produire durant un moment festif...ce qui n'est malheureusement pas le cas.

    D'emblée, ne jamais disposer de bougies sur un support inflammable, comme une couronne de sapin.

     

    Ensuite, même si l'esthétique en prend un coup, ne pas se contenter d'un simple bougeoir : la cire, en fondant, risque de couler sur la nappe ou la table du salon. 

    Bonjour le nettoyage ! 

    Une ancienne assiette comme support viendra à point.

    Du reste, au niveau esthétique, il est toujours possible de lui donner un air de fête en la recouvrant de papier d'aluminium ou doré.

     

    Enfin, petit truc si on utilise de larges bougies qui se creusent sous la chaleur de la flamme :

    Arrivé à mi-hauteur de la bougie :

    oublier la mèche d'origine pour la remplacer par une bougie "chauffe-plat" : cela fera perdurer la beauté de la danse de la flamme au travers de la paroi de cire !

     

  • Bien - Etre : Survivre aux lendemains de fête (1)

     

     

    bien-etre,survivre,lendemains,fête,info,intox

     

     

    Le foie gras, le champagne, le vin et les menus à multiples plats copieux sont des plaisirs éphémères...qui peuvent laisser des traces plutôt désagréables dès le lendemain matin. Au réveil, ça ne pardonne pas. 

    On se sent nauséeux et faible.  Le sentiment de trop-plein nous accable.

    Et les maux de tête se font sentir.

     

    Explication de cet état : Le système intestinal a été submergé par les excès de sucre, d'alcool ou les grandes quantités. 

    Pour éliminer ces "poisons", les reins doivent réaliser un travail énorme.

    Ce faisant, ils éliminent de l'eau, ce qui entraîne une déshydratation qui explique les maux de tête et la bouche pâteuse.

    Quant aux troubles digestifs, ils sont souvent à imputer à la toxicité de l'alcool pour l'estomac.  Dans ce cas, c'est le foie qui est mis à contribution. 

    Grâce à une enzyme, cet organe dégrade l'alcool et ses éléments toxiques, mais l'élimination totale de l'alcool est très lente : de l'ordre de 0,15 gr/heure !

    Pour un seul verre d'alcool, il faut donc environ 90 minutes pour éliminer.

    Face à des grandes quantités d'alcool, le foie ne peut pas suivre.  C'est alors le système digestif qui trinque. + l'alcool contient du méthanol, + les symptômes de la "gueule de bois" se font ressentir.

     

    Comme indication, voici, dans l'ordre décroissant, une liste d'alcools classés selon leur teneur en méthanol :

    brandy, rhum, vin blanc, gin et vodka.

     

    Voilà pq notre horloge interne est déréglée, il faut maintenant la remettre en état.  Et lui donner l'occasion de se reposer.

     

    Pour se débarrasser des toxines, boire énormément d'eau ou de thé vert. 

    Les eaux gazeuses facilitent le digestion. 

     

    Cela va de soi, éviter à tout prix l'alcool et les aliments lourds tels que viande et les charcuteries, les sucreries, les produits gras. 

    Proscrire aussi le café et les produits laitiers.

     

     

     

  • Anecdote / Bruxelles : Notre Fête nationale

     

    C'est le 21 juillet 1831 que le Prince Léopold de Saxe-Cobourg, élu roi des Belges par le Congrès national, fit son entrée à Bruxelles par la porte d'Anvers ( aujourd'hui place de l'Yser ) et prit possession du trône.

    Cette fête historique est commémorée chaque année par notre Fête nationale du 21 juillet.

    leopold 1.jpg

    25 ans + tard, le 21 juillet 1856, la Belgique célèbre pour la 1ère x, dans un faste tout particulier, le 1/4 de siècle de règne de son premier roi.  Pour ce faire, on a érigé des tribunes en plein air sur la place Saint-Joseph ( aujourd'hui square Frère-Orban ) et un autel où Mgr Sterckx, cardinal-archevèque de Malines, entonna le 1er Te Deum jubilaire de notre histoire.

    Le Roi et la famille royale (le futur Léopold II avait alors 11 ans) avaient pris place sous un dais entouré par les 65 survivants du Congrès national.  Le Souverain était venu du palais de Laeken à cheval, sous les acclamations de la population.

    A l'époque, cette cérémonie portait le nom de Jubilé nationalSon retentissement fut tel à l'étranger que la Russie, qui avait jusqu'alors refusé de reconnaître officiellement le nouveau royaume, changea son attitude et ouvrit des relations diplomatiques avec la Belgique.