femme

  • Loisirs : Livre : Janine Boissard : Une femme en blanc

     

     

     

    loisirs,livre,femme,blanc,janine,boissard

     

     

    A 33 ans, Margaux est chirurgien dans un hôpital de province. 

    Entre ses malades et le petit garçon handicapé qu'elle élève seule, la vie file à du 100 à l'heure.

    Mais lui laissera qd même le temps de connaître (enfin !) le grand amour.

    Une femme en blanc est un roman comme on les aime.

    Romantique à souhait tout en étant très proche des réalités de notre vie quotidienne.

     

    Le mot hôpital fait un peu peur, c'est le lieu de toutes les angoisses, mais aussi de tous les espoirs.  Et on est sûr d'y passer un jour, que ce soit pour visiter un parent, un ami ou parce qu'on est soi-même hospitalisé.

    Ce livre parle d'une femme d'aujourd'hui, qui réussit, qui se lance un défi.

     

    Margaux, l'héroïne, est chirurgien et il y a très peu de femmes qui le sont.

    L'histoire d'amour de Margaux et Bernard est très romantique; la vie est un mélo , est pleine de clichés et il n'y a rien de + beau...

     

     

    Et le livre a fait l'objet d'un grand feuilleton à la télévision, interprété par Sandrine Bonnaire.

     

     

  • Musique : Julien Clerc : Julien

     

     

    Son vrai nom est Paul-Alain Leclerc. 

    Il détestait son prénom.  Ses parents se sont chamaillés à ce propos.  Son père voulait l'appeler Paul, sa mère Alain et ils ont coupé la poire en 2.

    + tard, qd il a cherché un nom d'artiste, il a cherché un prénom qu'il aurait sans doute aimé qu'on lui donne.

    Evidemment, il possède une connotation romantique stendhalienne.

     

     

    On trouve sur cet album des textes graves, des mélodies exotiques et d'autres qui font penser un peu au rock symphonique.

     

     

    C'Est Mon Espoir


     

     

    L'album est un patchwork d'émotions et de voyages dans divers paysages musicaux.

    Il y a un ensemble marin,  que les auteurs lui ont souvent fait côtoyer,

     

     

    Le Phare Des Vagabonds de Roda-Gil

     



     

     

     

    Quand Femme Rêve de Murat

     


     

     

     

    Les Séparés,

    est un poème de Marceline Desbordes Valmore écrit en 1830

     


     

     

     

     Et , pour terminer, une chanson populaire bien fichue

    Coeur de Rocker


     

  • Bruxelles : La kermesse de Bruxelles (2)

     

     

     

    kermesse.jpg

     

     

    4/ C'est en 1881 que triompha la Femme locomotive.  Elle était présentée dans une sorte de tonneau, habillée d'une défroque d'opéra-comique. 

    Elle tendait aux chalands une baguette métallique.  Dès qu'un spectateur + hardi que les autres s'aventurait à la toucher, il en jaillissait une longue étincelle.  La Femme locomotive était tout simplement reliée à une bobine de Rumkorff !


    5/ Mademoiselle Hélène domptait ses puces de main de maître.

    Juste à côté de sa baraque, on trouvait l'Oasis sacrée, où  l'on représentait des scènes bibliques.  A la sortie, les clients de cette bizarre attraction se voyaient remettre des brochures de propagande religieuse par un clergyman + vrai que nature.

    En 1887, le célèbre Musée Spitzner eut l'honneur de voir arriver le docteur De Paepe avec 40 de ses élèves, à qui il montra les richesses du cabinet.  Celles-ci comprenaient des peaux humaines tannées...

     

    6/ Jusqu'à la fin du siècle dernier, la kermesse de Bruxelles avait son extension aux Marolles, dans la rue Haute.  Là, tous les amusements folkloriques et satiriques étaient permis.

    On y voyait Lowie, roi des Marolles habiljé en Godefroid van Bouillion, perché sur un cheval de trait.

    Le bon peuple s'esbaudissait devant un schèreschliep (rémouleur) qui aiguisait, suivant la coutume médiévale, la langue des meilleures lameire (commères) du quartier.

    Et on huait 2 gendarmes à cheval qui traînaient un pauvre Marollien arrêté pour un délit mineur.

    Pour permettre aux visiteurs de se remettre de leurs émotions, nombre de charrettes et de femmes-colporteuses proposaient des crevettes, des crabes, des mastelles, des chinese klûten (escargots).

    La marchande d'oeufs durs avait son cri caractéristique : "Gooie vésche èt âre, beleefd er eemand !" (Ils sont bons et frais, croyez-le !).  En ce temps-là, les moules n'avaient pas encore fait leur apparition sur le champ de foire.

    Oui, la kermesse de Bruxelles, ce fut tout cela et bien d'autres choses encore.  La Foire du Midi, c'est certain, perpétue aujourd'hui la tradition.  Mais elle n'est plus qu'un pâle reflet des kermesses d'antan...

     

  • Savoir vivre : Etre femme célibataire

     

    Si une femme célibataire invite des amis au restaurant, elle devra s'entendre auparavant avec le maître d'hôtel afin que l'addition lui soit présentée, soit avant, soit après le repas, mais jamais en présence de son ou de ses invités.

    celibataire.jpgSi elle est inconnue dans le restaurant où le repas a lieu, elle versera une somme provisionnelle forfaitaire, et réglera ensuite le supplément éventuel.  En revanche, si elle y est connue, les choses se simplifient et elle pourra régler l'addition + tard.

    Si elle invite chez elle, elle fera asseoir, à table, en face d'elle, un cousin, une amie, mais jamais un ami célibataire.

    Bien souvent, une femme célibataire est embarrassée pour remercier des invitations dont elle est l'objet.  Pourtant, il est facile d'offrir des fleurs ou des bonbons, des jouets, des livres, pour les enfants, ou un objet utile.

    Elle peut également rendre de menus services à une amie mariée, sortir ses enfants un mercredi, les emmener au cinéma ou garder son bébé un soir.

    Cependant, une femme célibataire ne doit jamais s'imposer à un ménage ami, mais faire preuve de la plus grande discrétion.  Une présence constante peut être mal interprétée.

    Beaucoup de femmes célibataires préfèrent être appelées "madame". C'est maintenant un droit reconnu.

     

  • Pensées : Quelques réflexions de Benoît Poelvoorde

     Voici quelques réflexions intéressantes de Benoît Poelvoorde sur la femme :

     

    "Le recul, c'est quelque chose que j'apprécie chez les femmes et que les hommes n'ont pas. Les femmes sont + responsables, + matures, + terre-à-terre."

    "Le cliché de la femme avide,c'est un truc de cinéma.  Une femme qui épouse un homme dans le but d'hériter sa fortune n'est pas louable mais elle le fait pour se réaliser.  Je me demande s'il ne faut pas se poser davantage de questions sur celles qui acceptent de passer toute leur vie à l'ombre d'un tout petit bonhomme sans jamais pouvoir se réaliser elles-mêmes."

    "Les hommes sont vraiment des gamins. Dès que l'on se trouve avec 4 amis, il faut qu'on remette sur la table nos vieilles histoires de copains. J'ai rarement vu des filles faire pareil devant leurs mecs."

    "Celles que l'on regarde en premier lieu, ce sont les femmes heureuses dans leur corps."