patients

  • Bien-Etre : La sieste (3)

     

     

     

     

    Les patients qui consultent un "médecin du sommeil" :

     

    Il existe 2 catégories de patients. 

    Tout d'abord, il y a ceux qui disent suffisamment dormir, mais qui ne se sentent pas reposés pendant la journée.  Cette fatigue peut néanmoins résulter d'un manque de sommeil.

    En effet, lorsqu'on leur demande de noter le nombre d'heures qu'ils passent réellement au lit, le "suffisamment" se révèle souvent incorrect.

    D'autre part, il est possible que le problème soit dû à la mauvaise qualité du sommeil.  Pour poser ce diagnostic, le médecin effectuera une polysomnographie.

    Ensuite viennent les patients qui disent souffrir de troubles du sommeil.  Dans ce cas, le médecin leur suggérera de faire une petite sieste à l'heure du midi et en général, ces patients se sentent effectivement mieux.

    Un autre groupe de patients est composé de personnes effectuant un travail en roulement et qui ont donc un rythme de vie différent..

    Les gens qui commencent à travailler de grand matin ont intérêt à faire une sieste après le boulot, tandis que les gens qui travaillent la nuit ont intérêt à faire une sieste avant de partir au boulot.

    Il est un fait que l'homme dort trop peu.  Ce manque de sommeil peut être compensé par un petit somme pendant la journée, mais il est essentiel que l'on se rende compte de l'importance de dormir suffisamment.  Il est impossible de nier le besoin de sommeil, qui est souvent sous-estimé.

     

    Les effets bénéfiques d'une sieste sont connus et pourtant, elle est peu pratiquée.

    Les pauses cigarettes ont conquis une place dans la vie active et il existe même des pauses d'allaitement.  Certaines personnes organisent elles-mêmes leur sieste, en s'installant dans leur voiture au parking, par exemple.

    Les ouvriers du bâtiment donnent le bon exemple : après le lunch, ils font un somme dans la camionnette.

    La plupart des gens se montrent réticents vis-à-vis de la sieste, par crainte de passer pour des fainéants.  Faire la sieste est mal vu. 

    La publication d'une photo d'un politicien qui s'endort, par exemple, n'est rien d'autre qu'une moquerie.  Il faudrait au contraire encourager les gens à écouter leur corps et à respecter leur biorythme. 

    Après tout, la sieste n'est pas symbole de paresse, mais d'efficacité !

    Les médecins du travail sont de + en + intéressés et réagissent de manière positive si la thématique de la sieste est abordée.

    Les entreprises belges ne disposent pas (encore) d'une infrastructure favorable à la sieste, mais les travailleurs qui s'installent une 1/2 heure sur le lit de camp ne sont plus des exceptions.

    Mais aux yeux des entreprises, la relaxation est un besoin tertiaire.  Des enquêtes sont bien effectuées de temps en temps, il est vrai.  Les meubles sont réorientés, des journées d'étude sur le stress sont organisées. 

    Reste que le tabou autour de la fatigue, le stress et la faiblesse semble inébranlable.  Et c'est malheureux, puisque le sommeil fait partie d'une bonne hygiène de vie...