03/12/2013

Psychologie : L'heure du soap (2)

 

 

 

psychologie,soap,heure

 

 

A ce jeu, les soaps diffusés en Belgique sont particulièrement forts.  Le réalisme est très présent. 

Comme si les événements pouvaient se dérouler dans notre famille ou dans notre rue.  L'actualité sociale est également prise en compte. 

Dans  "Plus belle la vie", on parle de la 1ère génération issue de l'immigration.  Les relations homosexuelles sont également un signe d'ouverture.

Les soaps permettent en outre de rapprocher les gens.  Regarder l'épisode ensemble sur le canapé, parler des événements de la veille avec des amies, etc...

Les soaps sont une expérience que l'on partage avec les autres et qui crée des liens.  Comme si l'on parlait de membres de la famille ou d'amis.


Les soaps peuvent-ils créer une dépendance ?

La dépendance implique que l'on ressente le besoin de faire les mêmes choses encore et encore, que l'on ne puisse plus s'en passer ne serait-ce qu'une journée.

La dépendance est donc une notion négative.  On peut difficilement imaginer que qqun se mette à agir de manière insensée si son soap préféré venait à disparaître de l'antenne. 

Regarder des soaps reste une activité plaisante.  Il est cependant vrai que les réalisateurs utilisent toutes les ficelles du métier pour fidéliser les téléspectateurs. 

Ils nous laissent sur notre faim.  Ainsi, si un problème survient le lundi, il faut souvent attendre au moins jusqu'au vendredi pour savoir comment il peut être résolu.

Très souvent, le problème n'est même jamais solutionné et un nouveau rebondissement veille à ce que l'on reste devant l'écran.  Comme un train que l'on aurait du mal à quitter. 

Encore faudrait-il qu'on veuille en descendre.  Après tout, on est bien installé, le programme réserve des surprises et les personnages ne tapent jamais sur les nerfs.



 

14:00 Publié dans Psychologie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : psychologie, soap, heure

30/11/2013

Psychologie : L'heure du soap (1)

 

 

psychologie,soap

 

 

Le but des soaps est avant tout de divertir.  Ils ne traitent pas des grands problèmes du monde. 

Si on pense y trouver une pincée de politique ou les dernières nouvelles économiques, on risque d'être déçu. 

Par contre, si on souhaite ne pas avoir à réfléchir et voir la vie au travers des yeux d'un autre, on appréciera le programme.

Les 1ers soaps ont fait leur apparition à la radio américaine il y a plusieurs dizaines d'années.  Ces récits parlés étaient sponsorisés par des fabricants de produits ménagers, d'où le nom de soap (savon, en anglais). 

Les femmes au foyer constituaient le groupe principalement visé.

Pas étonnant donc que le contenu des programmes soit très féminin.  Le couple, la famille et toutes les grandes émotions qu'ils génèrent forment la base de tous les soaps. 

C'est la raison pour laquelle les hommes dédaignent souvent ce genre de programmes. 

Les soaps ont malheureusement toujours la même connotation.  Il n'est pas toujours de bon ton de parler des personnages des soaps dans certains milieux. 

Mais il ne faut pas sous-estimer le nombre de personnes qui regardent "Les Feux de l'amour", "Plus belle la vie" en cachette.  Elles sont nombreuses.

De temps en temps, un petit soap haut en couleur ne peut pas faire de mal.  Cela peut même faire du bien. 

De + en + de spécialistes sont même convaincus que regarder chaque jour sa série préférée peut être très bénéfique.

Les soaps traitent souvent des thèmes de la vie quotidienne.  On connaît les situations et les sentiments traités. 

C'est la raison pour laquelle on laisse + facilement parler nos sentiments.



 

 

14:00 Publié dans Psychologie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : psychologie, soap